Zoomby - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Zoomby

les oeuvres > FINS DU MONDE, FINS DE L'HUMANITE

Zoomby par Vincent Gallaix,  Fleuve Noir éd., 1976, coll. " Anticipation  719 ", 1 vol. broché, in-12 ème , 220 pp.  couverture illustrée par Brantonne.  roman d’expression française
1 ère  parution : 1976
invasions extraterrestresfins du monde, fins de l’humanité


Vincent GALLAIX

(1937- 1976) De son vrai nom Jacques ACAR. Surtout scénariste belge de bandes dessinées. A signé deux romans au Fleuve Noir. Décédé prématurément.

Le professeur Labro de retour d’une croisière cosmique,  retrouve la Terre de 2185, fortement polluée et policée :
" D’un geste circulaire, le docteur montra le décor gris et noir, sans aucune trace de verdure, qui s’étendait au-delà de la clôture électrifiée de l’astrodrome, les colonnes de fumée sulfureuse qui montaient péniblement vers le ciel bouché. -Peut-être ne voyez-vous plus ces tas de déchets, ces carcasses d’aéro-jets pourries, ces usines abandonnées, ces ruines, toute cette lèpre… "
De tendance anarchiste, Labro, marié à Monique Rosen, vit une vie étriquée entre un beau-père tyrannique et une épouse hystérique. Son seul rayon de lumière est sa fille  Françoise qu’il adore. Pour qu’elle ne se sente pas toute seule, en dépit des Mughrs, extraterrestres à la conscience étroite et serviteurs des humains, Labro lui crée un petit frère robot, Zoomby, tout en Plast-X, matière qui a la propriété d’évoluer. Avec le temps, le bébé Zoomby, deviendra un  magnifique adolescent lié aux jeux de Françoise mais détesté par Monique. Labro meurt dans l’ explosion de son laboratoire au moment même où il pensait découvrir la véritable nature des " bâtonnets métalliques " rapportés lors d’une escale du vaisseau Andromède sur une planète totalement pelée, sans radioactivité, mais couverte desdits  bâtonnets.  Sans le savoir, le Professeur Labro a enclenché  un processus irréversible qui mènera à la fin du monde.  
Ces bâtonnets sont des êtres vivants, se nourrissent d’énergie radioactive. Par conséquent, partout sur Terre la radioactivité baisse ce dont les Terriens se félicitent Ils se sont aussi pris d’affection pour Zoomby, le seul être qui les a côtoyé de près lors de leur premier voyage. Une symbiose s’établit entre lui et eux, et,  lors du premier rapport sexuel que Zoomby entreprend avec Françoise, toute la fantastique énergie accumulée par les plaquettes explose, rasant ce qui se trouve à la surface de la terre:
" Il s’assit sur un bloc de béton tout hérissé de barres de fer tordues et attendit. Déjà, au plus profond de lui, montaient les voix bien connues. Elles étaient joyeuses, fébriles. L’énergie les remplissait rapidement. Le grand corps invisible qui recouvrait la Terre morte attendait dans la fièvre cette immense communion, ce déferlement de puissance qui était sa façon de s’unir à son dieu cosmique. "
Zoomby reste seul de son espèce sur une terre vide jusqu’à ce qu’un astronef entièrement robotisé (de type féminin !), envoyé par les anciens colons, lui témoigne une chaleureuse affection.  Il se dépêchera de suivre la robote  vers sa colonie pour répandre la terrible infection à un autre monde.
Récit à l’intrigue tirée par les cheveux correspondant bien à la caractéristique adolescente de la collection " Anticipation" de l’époque. Une écriture sans recherches formelles, académiquement correcte.  Se lit sans nausée mais sans  enthousiasme.


couverture du roman "Zoomby"
Première édition de ce roman
 
Retourner au contenu | Retourner au menu