Y'avait une ville - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Y'avait une ville

les oeuvres > LA CITE FOUDROYEE

Y’avait une ville, chanson écrite par J. Walter et interprétée par Claude Nougaro, Disque 33T Philips N°6332096, 3’20’’.
menaces et guerres nucléairesla cité foudroyée


Claude NOUGARO

(1929-2004) Poète, auteur-compositeur, chanteur, amateur des mots et du jazz. Issu d'une famille musicienne. Débute dans le journalisme et fréquente à Paris le milieu de la chanson. Se produit sur scène (Lapin Agile) Ses chansons rythmées lui assurent une carrière en expansion, ponctuée de succès. Voyage à New York. Universellement reconnu comme l'un des grands de la chanson française. Prix des Victoires de la musique.

Tout débute par une scène de  rue où dominent la gaieté, le soleil et le sentiment amoureux :
« Sous un joyeux soleil de mai
C’était plein de couleurs, de mouvements et de bruits
Une fille m’a sourit »

Les images qui suggèrent la beauté, la tendresse, la joie, le bleu de l’azur (vers le ciel angélique) s’opposent violemment à l‘inquiétude (J’y comprends rien), aux sons discordants (ce drôle de bruit), aux sensations kinesthésiques (souffle incandescent, les murs qui tremblent), pour aboutir à la description de l’horreur, celle d’une ville anéantie par l’explosion d’une bombe nucléaire. La mise à mort de la cité est tellement rapide, insensée, inattendue que le poète « n’y comprends rien », répété comme un leitmotiv. Par touches à peine esquissées, adoptant le point de vue des sacrifiés, la chanson dénonce l’absurdité de la guerre. Chaque couplet décrit une phase précise du processus de l’enfer qui se déchaîne.  
D’abord la cohue de la rue, l’animation, la foule des promeneurs dans laquelle se croisent tant de vies différentes, où se tissent tant de liens affectifs, puis « ce drôle de bruit », inqualifiable, étrange, unique. Le court instant d’interrogation (tout le monde a levé le nez) est aussitôt brisé par le flash lumineux (éclair aveuglant) que suivent de près le souffle (souffle incandescent), la destruction (les murs se mirent à trembler), la chute de la cité (des gravats, des poussières), enfin le vide (Y’avait une ville y’a plus rien), la mort, le silence et la douleur (silence à hurler) . Cela restera-il du domaine de l’hypothétique ? (Faites que ce soit un mauvais rêve)
Par des mots simples, en un style familier, sans exégèse ni lourde thématique, Nougaro dénonce le crime et la folie des hommes. Un chef-d’œuvre de la chanson cataclysmique universellement connue.


couverture du 33t "Nougaro"
33T contenant la chanson "Y'avait une ville"
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu