Y'a plus d'électricité - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Y'a plus d'électricité

les oeuvres > DISETTE D'ELEMENTS

Y’a plus d’électricité par Franck Simon, EPIC/CBS, 1985, 45T. chanson d’expression française
1 ère  parution : 1985
disette d’éléments

Franck SIMON
(aucune référence) chanteur français.

Le chanteur, avec humour, évoque le problème énergétique actuel en se demandant : « que se passerait-il si ?... », en l’occurrence, si l’électricité venait à disparaître. Il donne certaines réponses, qui, malgré leur brièveté ou leur drôlerie, sont identiques à celles de Varlet (« la Grande Panne »), de Barjavel (« Ravage »), de William F. Forstchen (« Une seconde après » »).
En premier, la disparition de l’information et absence des médias : « J’peux plus voir la télé, ni brancher la radio « . Les réseaux cessent d’être alimentés : « kilowatts lessivés, coupés tous les réseaux ».Les relations entre les êtres humains se raréfiant, l’individu est renvoyé à sa propre solitude : « Dans ma tour d’ivoire, qu’est ce que j’peux faire? », surtout depuis que les moyens de transport ont disparus eux aussi : « Stoppé net le métro. »
La vie quotidienne s’en trouve donc gravement perturbée : «Bloqué l’ascenseur, coincés, compressés » Le froid s’installe,  puisque le chauffage cesse :
« Ca caille dans ma baignoire tous les soirs. »,
puis les ténèbres s‘épaississent : « On a tous peur dans le noir », créant une climat propice aux crimes de toutes sortes. Si les conséquences immédiates de la disette énergétique sont correctement établies, le futur lointain reste, lui aussi, sombre, car il ne semble pas que les sociétés puissent pallier leur manque par des solutions alternatives n’existant pour l’heure qu’à l’état embryonnaire, expériences trop réduites pour couvrir les immenses besoins : « Dynamo héroïque, avenir limité, hydrogène aquatique. »Cette électricité de substitution, liée à l’exploitation solaire ou marine, souffre de défauts rédhibitoires. Non seulement l’inertie des gouvernements, la pression des lobbies militaro-industriels y sont directement mis en cause, ainsi que les agissements irresponsables du capitalisme libéral, mais encore les moyens mêmes du stockage sont obsolètes : « trop longs à stocker. ». Pourtant, loin de la technologie et de ses défaillances, la vraie vie existe encore : « Et mon soleil qui brille est perché là-bas, aux Antilles. » Pour nous, hélas ! il ne reste que l’angoisse d’un futur menaçant : « Mais qu’est ce qu’on va faire ?... »

Le manque énergétique envisagé sous l’angle de la légèreté et de l’humour distancié, poésie et rythme conjuguant leurs effets pour dédramatiser la situation.

couverture du 45 T "Y'a plus d'électricité"
couverture du 45 T
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu