un HOMME EST VENU - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

un HOMME EST VENU

les oeuvres > SOCIETES POST-CATACLYSMIQUES 2

UN HOMME EST VENU par Hugues Douriaux
sociétés post-cataclysmiques 2


Hugues DOURIAUX

(1947-) Romancier français. Chirugien-dentiste de profession. Goût pour l'histoire et la science-fiction. A signé de nombreux romans au Fleuve Noir, souvent teintés d'érotisme. A obtenu le prix Julia Verlanger. Préfère aujourd'hui le roman réaliste.


Vol.01 : Le Monde d’après , Fleuve Noir éd., 1981, coll. "Anticipation " N°1510, 1 vol. broché, in-12 ème , 186 pp. couverture illustrée par Jim Burns. roman  d’expression française
1ère  parution : 1981
Ethel et Alice, en compagnie de leur chien Duke, vivent isolées dans un chalet des Vosges. Elles accueillent un rôdeur qu’elles ont du mal à admettre, Ron Devries, un jeune homme baroudeur, sûr de lui. Le temps n’est plus aux tergiversations en ce monde d’après la guerre (atomique), ravagé et meurtri, sillonné par des hordes de soldats pilleurs et brutaux. Ethel, la jeune femme d’une trentaine d’années, et Alice, jeune fille de seize ans, ainsi que deux enfants recueillis, ont assemblé leurs destins en ce lieu retiré.
Alice hait tous les mâles pour avoir été violée à plusieurs reprises. Elle tente de tuer Ron et même, lorsque amadouée par Ethel,  il se rendra indispensable,  elle conservera à l’égard du jeune homme une attitude ambivalente. Ron, hollandais d’origine, ancien étudiant en musique transformé en solitaire dangereux, achève sans pitié ses ennemis. Duke et lui seront inséparables. Un équilibre s’instaure avec le temps entre ces êtres, temps consacré à la chasse (les animaux pullulent) ou aux menus travaux. Mais la recherche de nourriture élaborée reste leur principale préoccupation.  La rivalité entre les deux femmes pour s’approprier Ron augmente. Devant un désastre sentimental annoncé, Ron décide de quitter le chalet quand des soldats pillards, à la ressemblance des Compagnies du moyen âge, s’abattent sur la région vosgienne. Il  persuade les jeunes femmes d’abandonner la ferme, de prendre la route pour se diriger vers les montagnes du Jura suisse.
Dans la plaine d’Alsace, la rencontre avec le fermier Berthold et sa famille, en mauvaise posture, est décisive. Les libérant des griffes de soudards, le petit groupe met ses forces en commun, Berthold découvrant un asile sûr pour eux dans la forêt du Ried, des bois et des marécages impénétrables qu’il connaît bien. Ils s’installeront sur les bords du Rhin en une ancienne résidence de chasse abandonnée. Ethel se lie officiellement à Ron. Une échappée cauchemardesque dans les ruines de Strasbourg permettra à Ron de revenir avec deux jeunes adolescents Serge et Bella qui deviendront des auxiliaires précieux.
Vol.02 : les Errants, Fleuve Noir éd., 1981, coll. "Anticipation " N°1531, 1 vol.broché, in-12 ème , 186pp. couverture illustrée.
1 ère  parution : 1981
Ron, avec Ethel et Alice, Bella et Philippe, guidé par le grand-père Berthold, descend des montagnes vosgiennes pour établir sa résidence dans le Ried, région marécageuse et giboyeuse proche du Rhin. L’hiver approche et la chasse est bonne. Le petit groupe s’organise. Ron, perdu entre Ethel et Alice, ne sait plus à quel saint/sein se vouer. Ethel, plus âgée, plus mûre se sacrifiera en laissant la place libre à Alice. Lors d’une sortie survient le drame : « grand-père » Berthold est tué par des voyous, avant-garde d’anciens militaires travaillant pour leur compte. Ron organise la défense mais devant la menace de plus en plus forte, le groupe décide d’abandonner sa retraite. Non sans tristesse puisqu’ Ethel restera en arrière décidée à mourir en vendant chèrement sa vie. Duke, le chien berger, démobilisé à la mort d’Ethel, tentera de rejoindre Ron et son groupe, faisant la connaissance en chemin de Loïc, un jeune Suisse, qui l’adoptera.
Grâce à Duke, Loïc rejoindra le groupe de Ron et épousera Bella. Le groupe, de plus en plus fort, mieux armé, continue son voyage dans les montagnes suisses. Là encore, ils rencontreront le « Père » Martin, haut en couleurs et fort en gueule, mélomane à ses moments perdus, et trimballant avec lui une chorale de jeunes filles. Ils ne seront pas de trop pour venir à bout de la menace que constituent les canailles militaires qui n’ont pas abandonné la poursuite. Ron cherche un abri sûr où le groupe pourra se reposer. C’est Loïc qui découvrira le paradis, par hasard, dans une vallée glaciaire, complètement enclose par des montagnes, où seule une faille en permet l’accès.
Cette vallée, déjà habitée par des gens pacifiques, sans armes et ayant horreur de la violence, devra pourtant être défendue, ce que Ron veut leur faire comprendre. Après de nombreux atermoiements, Mauro, le maire, accepte l’idée de confier l’entraînement des citoyens néophytes à Ron, nommé « général » pour l’occasion. Il était plus que temps : leurs ennemis arrivent! Ron fera sauter l’accès à la vallée, instaurant par ce fait une longue ère de paix. Et c’est en une nouvelle Arcadie qu’Alice accouchera sans crainte d’un petit garçon.
Vol.03 : les Guerriers, Fleuve Noir éd., 1981, coll. "Anticipation " N°1531, 1 vol. broché, in-12 ème , 185 pp. couverture illustrée par Tim White.
1 ère  parution : 1981
Ron vit depuis plus de trois ans dans la vallée heureuse avec sa famille. En dépit de l’hostilité de Franz, un villageois qui brigue la place de maire, Ron refuse de s’engager dans la vie politique et suggère plutôt la mise sur pied d‘une expédition. Laissant sa famille en arrière, avec quelques fidèles, il reprend la route du Sud, en direction de l’Adriatique. Vers l’ancienne Venise, un groupe d’hommes dépenaillés et mourant de faim le sollicitent. Travaillant comme esclaves auprès d’un « seigneur de la guerre » puissamment armé ils se sont échappés de leur enfer.
Parmi eux se trouve Nelly, une jeune infirmière non indifférente au charme de Ron. L’attaque menée contre le groupe par un hélicoptère des poursuivants tourne au désavantage de ceux-ci. L’engin est abattu en flammes et Ron récupère une mitrailleuse intacte. Il décide alors de revenir au village pour prévenir ses amis de la menace.Entre temps, Franz a pris le pouvoir, emprisonné Mauro, tué le père Martin et le chien Duke, violé Alice, qui se suicide, croyant Ron disparu à jamais. Un deuxième hélicoptère, ayant déjà repéré la vallée y sème la mort. Ron, de retour, apprenant les exactions de Franz, règle tous les problèmes. Tel l’ange exterminateur, il met à mort le traître et ses amis, rompant définitivement avec l’humanisme d’avant le cataclysme :
« Je propose qu’on attaque ceux qui retenaient prisonniers Elio, Nelly et leurs camarades. Il eut un sourire sarcastique. Tous le regardaient avec une stupeur gênée. –Mais… pourquoi attaquer ces gens ? demanda Bella. Ce fut Elio qui répondit : -Parce qu’ils ont beaucoup de chevaux, de vaches, de bœufs. –C’est une bonne raison, non ? persifla Ron. –Alors tu veux que nous devenions aussi des pillards ? demanda Loïc. Ron lui sourit. –Pas des pillards. Des nomades. Les sociétés sédentaires ne pourront plus exister avant des dizaines d’années. Le monde se retrouve à l’époque des barbares. Il faut nous adapter ou disparaître. »
Méprisant les villageois pacifistes qui n’ont rien fait pour empêcher le malheur de s’installer, Ron repartira avec ses amis, dont Nelly qui s’occupe de Florent, pour s’emparer des biens  du seigneur de la guerre. Un  avion déglingué et un pilote qui y laissera sa vie, cloueront les hélicoptères ennemis au sol. Le raid barbare réussi, c’est avec une bande puissamment armée que Ron continuera sa quête vers le Sud.
Vol.04 : Les Gladiateurs de Nepher, Fleuve Noir éd., 1981,  coll. " Anticipation " N°1574 1 vol. broché. , in-12 ème , 190 pp. couverture illustrée par Peter Gudynas.
1 ère  parution : 1981
Le clan de Ron, attaqué par des engins motorisés subit de lourdes pertes. Des enfants enlevés incitent Ron à poursuivre les esclavagistes. Il repère leurs traces mais subit à son tour la loi d’un fermier à poigne, le Père Langlois, qui l’oblige à travailler pour lui, dans son clan, avec sa famille.S’étant pris d’amitié pour Ron après une longue période probatoire, il lui offre sa fille Nelly… et la liberté. Ron, en compagnie de Nelly, trouve le camp  des pirates enleveurs d’enfants puissamment fortifié et commandé par Regina, une ancienne prostituée. A nouveau capturés, Ron et Nelly aboutiront dans la ville nouvelle de Nepher, près de l’ancienne Lyon, pour participer comme gladiateurs aux plaisirs dégénéré de Paul Ier qui réinvente la barbarie romaine. Des mois de formation lui forgent un corps d’acier et quand arrive le jour officiel de se battre dans les arènes, Ron réinvente le personnage de Spartacus.
En compagnie de Nelly et de Marco un autre gladiateur, ils prennent la poudre d’escampette en possession d’un arsenal adéquat. Ron, au retour, détruira le camp de Régina. Dans l’action, Nelly et Marco y laisseront leur vie.  Retrouvant son clan confié à Loïc, Ron se sentira rejeté. Trop différent des autres, il n’a plus sa place auprès de Nelly et des autres membres de la famille qui, ayant trouvé un havre de paix,  refuseront le nomadisme. Ron, éternel loup solitaire, continuera seul son périple en une France barbare.
Vol.05 : la Chasse, Fleuve Noir éd., 1988, coll. "Anticipation " N°1607, 1 vol. broché, in-12 ème , 188 pp. couverture illustrée par Sarah Brown.
1 ère  parution : 1988
Venin et Serpent tels sont les noms des deux jeunes filles dont Ron croise la route, dans une forêt, près d’un village appelé Pessart. Toutes deux ont des personnalités extraordinaires. L’une, âgée de vingt ans, l’autre de douze, s’avèrent être des tueuses psychopathes, cruelles, amorales, expertes dans l’art de la décapitation et…cannibales à l’occasion. Cet héritage culturel provient de leur mère, originaire de Pessart, jadis abandonnée avec ses deux filles par son mari. Toutes deux élevées dans le culte de la vengeance et de la mort, elles se montrent sans pitié. Ron, pressentie par Venin comme partageant sa vision du monde, sera  épargné, et la jeune femme, lui faisant l’amour, le laissera repartir sain et sauf.
Deux jours plus tard, Ron ramène à Pessart un jeune garçon, seul rescapé d’un groupe massacré. Les villageois le soupçonnent d’être impliqué dans ces meurtres. Lequin, l’un des citoyens,  fort en gueule et haineux, lui en veut particulièrement. Ron arrivera à convaincre Francis Lemoine, le maire, de l’innocence du jeune homme. Une battue organisée par les villageois, se terminera en drame. Les quatorze têtes fichées sur des poteaux à l’entrée du village convainquent Ron : les coupables sont Venin et Serpent !  Décidé à aider Lemoine dans sa capture des tueuses, il sera suivi par Lequin, armé de grenades explosives. Venin tuera Lequin,  mais blessée, elle confiera Serpent à Ron qui partira loin de Pessart en emmenant la jeune fille avec lui.
Vol.06 : Le Loup, Fleuve Noir éd., 1988, coll. "Anticipation " N°1619, 1 vol. broché, in-12 ème , 185 pp.  couverture illustrée.
1 ère  parution : 1988
Ron, toujours à la recherche de son fils Florent voyage de conserve avec Serpent une (très) jeune fille, femme-enfant totalement amorale. Serpent est toute entière tournée vers la jouissance et le plaisir des sens, plaisir de tuer, d’écouter de la musique, de découvrir l’amour.
Après bien des scrupules liés à son âge, Ron devient son amant. A eux deux, ils sont très efficaces et se font remarquer,  puis embaucher par " le Loup ", un homosexuel dangereux, maître en son royaume urbain. Droguant Serpent pour la garder en otage, il envoie Ron à Paris avec pour mission de rapporter le trésor du roi Massada, gouverneur de l’ancienne capitale.
Pendant son absence, Serpent fait la connaissance de Florent, esclave de plaisir auprès du Loup. Elle en tombe éperdument amoureuse. Ensemble, ils liquident le Loup dont ils tranchent la tête et se mettent en route pour Paris. Entre temps, Ron débarque dans la capitale détruite de la France. Massada, un grand Noir, ancien fonctionnaire,  qui a établi sa domination sur la ville,  n’est pas dupe de l’objectif de Ron. Se prenant d’affection pour lui, il lui montre le fameux trésor dont il est dépositaire, des tableaux anciens et des objets artistiques du Louvre maintenant détruit. L’arrivée de Serpent et de Florent dénouent la crise. Massada laissera partir un Ron effondré par la trahison de Serpent à son égard mais heureux d’avoir retrouvé un fils. Alors que le jeune couple décide de s’installer auprès de Massada, Ron , solitaire et vieilli, reprend la route et sa liberté.
Un grand roman d’aventures et d’action post-cataclysmique. Là où Julia Verlanger (dans « l’Autoroute sauvage ») insiste sur la description des ruines urbaines, Douriaux préfère une campagne redevenue sauvage, des marais parcourus par le vol des oies sauvages. Le personnage de Ron, sensible et baroudeur, éternel vagabond, grand amateur de femmes, renoue avec ceux des romans picaresques. Le style est fluide et simple et le contrôle du thème constant. Un beau cycle romanesque
.


couverture du roman "le Monde d'après"
premier volume d'une série de six
 
Retourner au contenu | Retourner au menu