Solution de continuité - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Solution de continuité

les oeuvres > MENACES COSMIQUES

Solution de continuité par J. et D. Lemay, Fleuve Noir éd., 1969, coll. " Anticipation " N° 382, 1 vol. broché, in-12 ème, 249 pp. couverture illustrée par Sainte-Croix, roman d’expression française.
1 ère parution : 1969
menaces cosmiques


J. et D. LEMAY

Pseudonyme de Jean et Doris CAUDERAN. Jean-Louis (1915-2009) et Doris (1942-) sont un couple d'écrivains français de science-fiction qui ont livré la quasi-totalité de leur production (une quarantaine de romans) au Fleuve Noir. A parir de 1978, Jean-Louis écrit seul.

Un groupe de spéléologues amateurs dont Claude, une jeune étudiante en médecine, Pierre, pilote d’essai, et le Père Sernin, sont surpris au sein de la terre par un violent éboulement faisant s’écrouler le tunnel d’accès, catastrophe dont ils se sortent difficilement. A la surface les attend un spectacle de désolation :
« le ciel était d’une couleur anormale. Une couche de nuages ou de vapeur, à très haute altitude, voilait le soleil, ne laissant filtrer que des rayons rougeâtres qui ensanglantaient le paysage. Le plateau avait éclaté sous des pressions inimaginables et une faille le coupait en deux à la hauteur de Servigny dont rien ne subsistait. Seule partie conservée relativement intacte, la croupe boisée de Fromonville, tache de verdure presque noire sous l’éclairage monochromatique. »
Le paysage est laminé et les rares personnes rencontrées le sont à l’état de cadavres. Le cataclysme aussi soudain qu’universel, a profondément modifié la géographie terrestre comme en témoignent les deux sous-marins, l’un russe l’autre américain qui auront eu, eux aussi, le bonheur (le malheur ?) de survivre. Après un moment de découragement et la mort du Père Sernin tué par un survivant dément, Pierre et Claude s’organisent pour remettre en état un hélicoptère et s’aventurer à la recherche d’autres rescapés
La raison de la catastrophe va leur être expliquée par des extraterrestres bienveillants, ressemblant comme des frères jumeaux aux terriens. Ce sont eux les responsables involontaires de la quasi-destruction terrestre. L’un de leurs vaisseaux à vitesse extra-luminique, dans son déplacement migratoire vers une autre planète habitable, a heurté la Terre, accident rarissime mais gravissime, déplaçant les continents, supprimant l’Atlantique et, par leurs rayons porteurs, éradiquant toute vie ou presque, de la surface du sol. Très embêtés (on les comprend ), ils sont prêts à tout pour aider les survivants, à organiser leur transfert à bord de leurs vaisseaux, vers leur propre planète. A cette nouvelle, Claude, Pierre ou encore les deux commandants des sous-marins ne se sentent plus de joie. Il faut dire que les Hélionnes – c’est le nom des extraterrestres femmes - sont ravissantes, télépathes, grandes amoureuses et prêtes à tout pour se faire pardonner leur sottise.
La deuxième moitié du roman sera consacrée à l’analyse des sentiments réciproques unissant Hélionnes et Terriens, le récit basculant dans la mièvrerie. Pierre restera sur la terre, qu’il aime profondément. Regroupant autour de lui Ghislaine, Jacques, Philippe et les autres, il jouera à Dieu, éliminant les méchants qui tuent et violent, sauvant de malheureux enfants orphelins. Claude, tombée amoureuse d’un Hélionne mâle partira exercer la médecine sur les grands vaisseaux blancs, prouvant par son attitude que le mixage  Hélionne-Terrien est une parfaite réussite.
Un récit au départ prometteur qui s’enlise rapidement en distillant un ennui profond.


couverture du roman "Solution de continuité"
couverture de la première édition de ce roman au Fleuve Noir
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu