savants fous et maîtres du monde - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

savants fous et maîtres du monde

les thèmes

SAVANTS FOUS ET MAITRES DU MONDE


Le "savant fou" représente la figure classique dans le domaine conjectural cataclysmique, surtout dans celui de la littérature populaire, exprimant la méfiance des sociétés envers la science et ses applications. Il n'en a pas toujours été ainsi. Le XVIIème siècle par exemple a connu un essor prodigieux de la pensée rationnelle  à travers les Lumières et le XIXème a vu triompher la science dans la perspective du scientisme apte à découvrir toutes choses. Le chercheur était un héros, un découvreur inlassable oeuvrant pour le bien de l'humanité. Comment en est-on arrivé à l'inversion totale des valeurs qui fondent l'action du savant? les causes en sont multiples et complexes mais deux guerres mondiales, avec leur cortège d'inventions meurtrières, leurs millions de morts, les menaces nucléaires, de la radioactivité à la bombe américaine sur Hiroshima, l'utilisation de gaz de combat, la création de virus inédits, les manipulations des masses, et bien d'autres encore, ont pesé de tout leur poids dans la balance.
La figure du savant bienveillant a basculé du "côté obscur de la force", devenant le sorcier diabolique et néfaste prêt à éradiquer l'humanité innocente  et insouciante. Il sera celui qui sait et qui , au-delà du pur désir de faire le mal, recherche le pouvoir absolu pour son ego surdimensionné. N'apparaissant plus comme un farfelu (le fameux "crâne d'oeuf" des Américains), il se présente comme le sombre et néfaste bourreau du genre humain. Associant le mythe de Frankenstein (une créature "née des noces de la chair et de l'électricité") à celui de l'apprenti-sorcier, le savant fou agit dans tous les domaines de la vie et selon les mobiles les plus divers. Son personnage forcément contrefait répond au plan physique de sa noirceur intellectuelle, comme le professeur Tornada de Couvreur. Il agit par volonté de puissance, pour devenir le maître de Terre, pour dominer le monde. Il est souvent un dictateur , jaune de préférence, comme dans le secret de l'espadon ou dans le Mascaret rouge, à fin de faire triompher les siens, et donc l'une des figures prégnantes du "péril jaune". Emotionnellement instable,  Il agit par dépit, par vengeance, par mépris, par jalousie. Il veut ôter l'être humain de cette terre parce qu'on lui a fait du mal (pauvre petit garçon!), qu'on l'a moqué, qu'on a rejeté ses théories. Les titres à cet égard sont significatifs: Markoff, l'homme qui voulait faire sauter la Terre, M. Marabout maître du monde, le Voleur d'océans, etc. Les autres ne sont pas "dignes" de lui (il faut au moins le baccalauréat pour le comprendre comme dans le Château de la peur). Très rarement, il agit par humanisme, comme dans la nouvelle de Jack London, Goliath,  dans le but de faire disparaître à jamais les guerres. Mais celui-là est vraiment fou!
Agissant la plupart du temps avec un serviteur dénaturé à son image et d'origine étrangère (le fameux Boris de Frankenstein), il actionne des appareils compliqués dans son repaire caché, qui détraquent le temps (A deux doigts de la fin du monde), les ondes (Radio-Infernal), ou dévient les bolides de leur course cosmique pour les précipiter sur la terre  (les Chasseurs de comètes) . Il conçoit aussi des super-bombes aux effets dévastateurs inattendues (la Bombe 'G", la Brèche d'enfer). Restant fondamentalement une figure solitaire, il se prend pour un Prométhée moderne, voire un dieu, qui façonnera une nouvelle humanité (l'Opération Adam et Eve, le Dernier couple). De préférence, il utilise la technologie (voir le thème des menaces technologiques) pour inventer des armées de robots humains ou pour modifier le cerveau animal dans le but de diriger l'agressivité de ces bêtes (l'Humanité enchaînée, la Guerre des fauves) contre l'homme, de manipuler les microbes (la Mort blanche). L'on voit par là qu'il représente une vision ancienne du savant dans sa solitude alors qu'aujourd'hui aucune avancée scientifique n'est plus possible en-dehors de la coopération entre des groupes ou des sociétés. D'ailleurs les nouveaux champs de développement que représentent les avancées dans le cadre de la psychologie humaine ou de l'informatique comme internet, n'apparaissent pas vraiment dans ce type de roman.
L'image du savant fou reste pourtant encore vivace à notre époque où, plus que jadis, l'obscurité de l'esprit scientifique se répand, liée à un manque flagrant de culture, ce qui permet de contester par exemple les thèses évolutionnistes,  associé au renouveau d'une lecture religieuse étroite de la bible ou du coran.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu