Sans éclat... - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Sans éclat...

les oeuvres > LE DERNIER HOMME

Sans éclat... par Damon Knight, p.81 à 86, in "Fiction" 02, 15 déc. 1953, Opta éd., nouvelle d’expression anglaise (USA)
1ère parution : 1950  titre original: Not with a bang...
le dernier homme


Damon KNIGHT

(1922-2002) Ecrivain, éditeur et critique. Premières nouvelles dans des fanzines, en compagnie d'Asimov, de Pohl, de Van Vogt. Commence sa carrière par une activité de critique remarquée. Fondateur de la SFWA (S.F. Writers of America) Creéateur du prix "Nebula" . Anthologiste renommé ("Orbit"). Epoux de Kathe Wilhelm.


Louise Olivier et Rolf Smith sont assis face à face dans un café de Salt Lake City, derniers survivants d’une guerre totale, à la fois nucléaire et bactériologique. Partout le monde a cessé de vivre, de bouger, d’émettre. Ils seront les nouveaux Adam et Eve d’une société future. D’ailleurs Rolf ne pense qu’à ça. Mais Louise est l’archétype de la pruderie anglo-saxonne, imprégnée d’une éducation stricte et bienséante. Pour elle, l’amour, c’est un pasteur, un mariage en blanc, des cadeaux et des fleurs. Le mâle lui fait peur. Rolf, trop faible pour la prendre de force, et sachant qu’il n’en a plus pour longtemps car est lui-même en proie à des accès subits de paralysie,  essaie de la convaincre de coucher avec lui. Et, ô miracle !, elle consent au sacrifice suprême à condition qu’il y ait mariage en blanc. Emerveillé, mais pris d’un besoin soudain, Rolf se dirige vers les toilettes:
" Il trouva la porte des lavabos et entra. Il fit un pas à l’intérieur, et se figea, sa jambe s’arrêtant dans son mouvement en avant, il était subitement et totalement paralysé. La crise!...  Cette satanée crise qui l’avait déjà frappé une fois aussi soudainement, et dont la piqûre faite par Louise l’avait heureusement tiré; la panique l’envahit lorsqu’il essaya de tourner la tête et ne réussit pas à le faire... Lorsqu’il essaya de pousser un cri et n’y parvint pas davantage... Derrière lui il avait entendu un léger déclic, lorsque la porte, poussée par le ferme - porte hydraulique, s’était refermée... pour toujours. Cette porte n’était pas verrouillée, mais de l’autre côté, sur une plaque, elle portait l’indication: HOMMES. "
" Sans éclat " est un récit très court mais important en ce qu’il représente la première tentative d’écrire une anti-fin du monde, en subvertissant le thème. Pour Damon Knight, il n’est pas besoin de bombardements grandioses, de catastrophes inimaginables pour créer une situation vraiment désespérée. La relation psychologique entre les êtres est fondamentale et détermine la réussite ou l’échec de l’entreprise.  En l’occurrence, nous sommes en présence d’une authentique fin de l’espèce, le héros mourant par la bêtise de sa partenaire.



couverture  de la revue "Fiction" N°2, 1ère série
couverture du numéro 2 de la revue "Fiction" ayant édité cette nouvelle pour la première fois en France
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu