Poitiers demain - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Poitiers demain

les oeuvres > LES GUERRES FUTURES 1

Poitiers Demain par Philippe Randa, Vent du Nord éd., 1987, 1 vol. broché,  in-octavo   320 pp. couverture illustrée. (réédité aux éd. Dualpha en 2000) roman d‘expression française
1ère  éd. : 1987
guerres futures 1péril jaune et guerre des racesmenaces idéologiques


Philippe RANDA

(1960-) Fils du romancier de science-fiction Peter Randa. Ecrivain français, politologue, éditeur,  essayiste. Sensibilité d'extrême-droite. Une centaine de livres à son actif, dont de nombreux récits de science-fiction. Collabore à diverses revues militaires ou ésotériques et à des encyclopédies. Créateur des éditions Dualpha. S'intéresse aux romans historiques et aux essais politiques.

Le dénigrement systématique des valeurs traditionnelles lié à l’immigration et à la faiblesse d’une démocratie exsangue, le relâchement des moeurs et la lâcheté des dirigeants provoquent la faillite de l’Occident et l’apparition du " Sida foudroyant ", une maladie mortelle qui décime les villes et les campagnes :
" Le nombre de séropositifs a augmenté dans toutes les couches de la société. La psychose a gagné tous les pays lorsque la première centaine de milliers de morts à travers le monde est comptabilisée, trois mois à peine après la fin du conflit militaire. Alors que tout l’Occident commence à faiblir économiquement, que des impôts supplémentaires sont levés pour financer le surcoût hospitalier, le nombre de sidaïques augmente dans de telles proportions que l’on vient de reparler de créer des sidatoriums. Immédiatement, les associations humanistes, au nom des Droits de l’Homme, se sont opposées à cette mesure, tout autant qu’à celle du dépistage automatique aux frontières. "
En quelques mois, tout est consommé. La société civile s’est effondrée et les immigrés essentiellement musulmans revendiquent un pouvoir laissé vacant. S’installant sur un front fortifié en Provence sous l’autorité du cheik Akim, les anciens Beurs constituent une armée forte de plus de 15 000 hommes, prêts à envahir les restes d’une Europe exsangue. Heureusement, des hommes de courage et prévoyants qui incarnent encore les vrais idéaux européens, selon l’auteur, c’est-à-dire l’idée de prééminence de la race blanche et sa supériorité intellectuelle, ont compris longtemps que l’égalitarisme était un leurre.
Pierre Vallère, Tancrède le Beuve, Thibaut Guddard et Emmanuel Chanost anticipèrent la décomposition sociale en établissant en diverses parties de l’Europe (Suisse, Jura, Bretagne,…) ,des bases secrètes qui serviront de viviers à une renaissance souhaitée. Là, de vrais patriotes seront éduqués  en attendant des jours meilleurs sous la haute surveillance de Tancrède Le Beuve.  Plutôt que de laisser faire le hasard en ce qui concerne l’émergence d’un chef charismatique, Le Beuve le suscite par des parents-porteurs. Cela lui est d’autant plus facile qu’il est doué de capacités psy, en connection spirituelle avec les anciens Celtes : le jeune Gauthier, le fils des Grubarson sera considéré comme un authentique descendant du roi Arthur. En lui se conjugueront savoir et volonté. Tancrède, caché dans le château de la "Vouivre" dirige son éducation par imprégnation " in utero " :
« Nous devons, déclarait André Grubarson à la création du PNE, retourner à des temps spartiates, guidés par des chefs rudes et intraitables, sans compromissions et sans flétrissures. Bousculant un régime taré, sceptique, vidé d’idéal, la génération nouvelle doit imposer au plus tôt au pays son honnêteté et son intransigeance. "(…)
Le christianisme n’a pas été un progrès moral, bien au contraire. Il aurait fallu continuer, développer l’acquis gréco-romain. Le christianisme, par ses origines sémites, a reculé d’autant l’avènement d’une Civilisation définitive.  Le christianisme, c’est la page la plus sombre de l’histoire de l’humanité, la réaction suprême de la " brute " sur le véritable civilisé. Une preuve de la supériorité du paganisme, c’est sa renaissance, aujourd’hui, au-delà de vingt siècles de christianisme, de son obscurantisme, et de ses superstitions humiliantes. Pour reconstruire, nous devrons nous souvenir de Rome et d’Athènes, y rechercher les fondements de notre nouvel édifice moral. "

Gauthier grandira en un monde difficile et sauvage, un nouveau moyen âge où la France est livrée à la barbarie de bandes de pillards. Sa première mission consistera à débarrasser son pays des vauriens qui le parasitent et qui rendent impossible le véritable combat, celui de Gauthier contre Cheik Akim, dont l’enjeu est la sauvegarde de l’Occident. La première bande de truands, celle de Lucas, est éliminée, suivie de près par celle de Manfunkel, un ancien chef de guerre.
Les troupes de Gauthier s’étoffent bien que toujours numériquement inférieures à celles des Arabes. Une aide précieuse pour les Blancs consistera en la réactivation de la centrale nucléaire de Rouen, toujours opérationnelle, mais dont le fonctionnement exige un logiciel de décryptage. Le programme informatique, volé avant la catastrophe sociale, a abouti, par diverses voies, en la possession du grand-père de Cheik Akim, ancien éboueur parisien. L’expédition de récupération du logiciel est couronnée de succès et accroît l’indépendance énergétique des guerriers blancs. Cheik Akim, irrité par les différents coups de mains des Européens, se décide enfin, avec l’appui de ses 15 000 hommes, à crever l’abcès.
Entre temps, des renforts inattendus en provenance de Baja, en Hongrie, apportent un nouveau soutien logistique à Gauthier ; avec deux hélicoptères de transports de troupes remis en état, la délégation hongroise est conduite par la jeune Anastasia –future femme de Gauthier- à la recherche de son frère, esclave des beurs. Tout est donc en place pour la confrontation finale qui aura lieu à Poitiers, là où Charles Martel arrêta les Arabes en 732.Leur chant de ralliement ne laisse planer aucun doute :
" Nous sommes la jeune Europe
Nous sommes les gens de l’avenir,
Nous conquérons l’Europe,
Nous combattons pour la bonne cause
Pour l’Europe aux Européens

Pas pour l’Europe aux Africains.
Nous sommes nés dans la souffrance,
et nous voulons vaincre ou mourir,
Prenez garde à la jeune Garde,
Vous les pourris, tous les mêmes et les tarés, et les tarés
Prenez garde à la Jeune Garde.
C’est la lutte nationale qui commence
Et qui sera victorieuse demain
C’est le grand nettoyage de la France
La grande revanche pour les Européens.
Prenez garde, prenez garde,
V’la la Jeune Garde. "
Cheik Akim est sûr de sa victoire : n’a-t-il pas le nombre pour lui ? A marche forcée, il se dirige vers le nord. Gauthier, de son côté, met dans la balance sa science de la guerre.  En véritable empereur, il confie à Edmond, son quasi-frère, le commandement de "l’armée régulière", appuyée par les hélicoptères. D’autre part, des pourparlers engagés avec  l’opposant du Cheik, Walid El Hatan, règle le sort futur des Arabes en cas de victoire européenne : ils retourneront à leurs frontières naturelles constituées par le Maghreb. Le combat engagé, la tactique de harcèlement porte ses fruits.
Les archers de Gauthier, redoutables guerriers, malmènent les assaillants. La bataille décisive se déroulera à Poitiers même. L’ennemi blanc, insaisissable recule devant Cheik Akim afin d’attirer les Arabes dans un piège,  au centre de la ville , tout l’espace y étant miné. Les Arabes concentrés, les Blancs disparaissent par les égouts et l’explosion qui se déclenche ensevelit sous des tonnes de gravats les Musulmans. L’ambition pan-arabe a vécu. Cheik Akim est mis à mort, les beurs survivants se rendent.Une nouvelle ère européenne, brillante, inégalitaire, heureuse (pour les dominants), basée sur le culte du chef, se lève en cette Europe de 2023, sous le despotisme impérial de Gauthier et de sa garde noire :
"Ce n’est pas avec des principes démocratiques qu’on sauve une nation : l’entretenir, peut-être ; la tuer, probablement. Dans l’état où nous sommes tombés, nous n’avons que faire d’une démocratie à l’usage interne.D’abord, la démocratie, c’est un leurre ; ça n’existe pas réellement, ça n’existe nulle part (…) le gouvernement du peuple, par le peuple à travers le bulletin de vote quadri-annuel et le suffrage universel : quelle dérision, quelle plaisanterie ! "(…)
" Mai 2033… en ces magnifiques jours de printemps, toute la population de Rouen a été conviée à se rassembler dans le stade Friedrich Nietzsche qui s’élève à l’est de la ville. Près de vingt mille femmes, hommes et enfants attendent l’arrivée de Gautier, descendant du roi Arthur, chef suprême des armées et Empereur de la Nouvelle Europe. Les croix celtiques noires sur fond blanc se détachent sur les milliers d’étendards rouges flottant au vent. Les quatre mille membres de l’armée conduite par Edmond Le Beuve défilent les premiers, hurlant de toutes leurs poitrines le chant des lansquenets. "
Un récit dont les idées extrémistes ont le mérite de la transparence. Les références  à l’idéologie du 3 ème  Reich, la supériorité native de l’homme blanc, de ses actions inspirées, sont constantes. Tout cela est articulé en un texte tendu, truffé de notes critiques et de références bibliographiques sélectives. Formellement, le roman est une réussite et se lit d’une traite.. Quant  aux idées…. A chacun d’apprécier.


couverture du roman "Poitiers Demain"
couverture de la 1ère édition de ce roman
 
Retourner au contenu | Retourner au menu