Plus âme qui vive - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Plus âme qui vive

les oeuvres > LE DERNIER HOMME

Plus âme qui vive par Dean Evans, pp.182-199 in «Apothéoses, apocalypses et Retours à zéro », Marginal N°7, Opta éd., avril. mai 1975, revue brochée, couverture illustrée par Cathy Millet, in-12 ème , 217 pp. nouvelle d’expression anglaise (USA)
1 ère  parution : 1951   titre original : not a creature was stirring
le dernier homme

Dean EVANS
(aucune référence)

Gannett, s’extrayant enfin de sa mine après plusieurs semaines de travail intense, se promet de prendre du bon temps à Reno. Peu cultivé et d’une mentalité sauvage, il remarque pourtant l’insolite immobilité des voisins de son village, comme statufiés en pleine activité. Dans la ville de Reno l’attend la même immobilité, le même silence. Ni le policeman ni le barman ne se troublent lorsqu’il emprunte de l’argent dans la caisse pour miser au casino, s’amusant avec ses compagnons de jeux pétrifiés.
Les journaux, tous de la même date lui révèlent enfin que la menace russe d’utiliser leur nouvelle arme contre les USA a dû se concrétiser : l’Amérique entière a été plongée dans la mort et le silence, sauf lui, protégé dans sa mine. En sortant du drugstore, il contemple désespéré la guirlande clignotante de ce dernier jour avant Noël  où, du ciel, tombe une neige violette…
« Il s’arrêta en face de l’église et la contempla. C’était un bâtiment bien construit, à l’air respectable. Il était agréable de la trouver ainsi, en plein Reno. – la veille de Noël, murmura Gannett, les lèvres glacées. – C’est la veille de Noël ! (…) Gannett appuya sur les poignées en cuivre de la porte en chêne close. La porte était verrouillée. (…) Dans le clocher, le haut-parleur était enfin prêt à chanter un joyeux Noël. – Que Dieu vous conserve la joie, messieurs ! entonnèrent les voix d’un chœur défunt dans une ville silencieuse. »

La simplicité du traitement littéraire souligne l’horreur sans nom d’un crime de masse.



couverture de la revue "Marginal" N°7
couverture de la revue "Marginal" N°7 contenant notre nouvelle
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu