Marée jaune - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Marée jaune

les oeuvres > LES GUERRES FUTURES 1

Marée jaune par Francis Didelot, éd. Métal., 1955, coll. « Série 2000 » N°11, 1 vol. cartonné, in-12 ème , 219pp. couverture illustrée. roman d’expression française
1ère  parution : 1955
péril jaune et guerre des racesguerres futures 1


Francis DIDELOT

(1902-1985) Ecrivain et scénariste français spécialisé dans le genre policier. Voyages durant l'enfance (Antilles, Afrique). Avocat. Ecrit pour le théâtre et la télévision. De nombreux romans policiers chez divers éditeurs. Récits adaptés au cinéma: "le 7ème Juré" et "la machine à prédire la mort". A signé également sous le pseudonyme de José Berrnard.

L’Inspecteur Yves Domino, qui s’exprime par monosyllabes, se révèle d’une grande efficacité. Personnalité importante de la police, sa sagacité est soumise à rude épreuve en cette Eurafrique future.
Le monde, divisé en trois blocs, Eurafrique, Panamérique et empire d’Asie, vit en paix jusqu’à ce jour, malgré les menées impérialistes asiatiques, surtout dans la capitale Tchéliabinsk. La science, le modernisme en tous les domaines, rend la vie aisée : il est facile de sillonner l’Europe avec les «gyros» (cela ne prend que quelques heures), de manger des repas sous forme de comprimés, d’extraire la vérité » du cerveau des condamnés par le «cazzamog », une sorte d’appareil à lire les pensées.Tout irait bien si l’on n’avait volé les plans de la «cellule» permettant la mise en action de la machine à ondes S.E.C., un bouclier électronique impénétrable, arme secrète de l’Eurafrique, contre toute tentative d’invasion du côté de l’Est.
Domino enquête, remontant la filière, débusquant les espions à la solde des Jaunes mais sans jamais arriver à saisir l’identité du «Quartier Central», le chef suprême qui tire les ficelles. Sommé par les triumvirs eurafricains de réussir au plus vite, Domino met la pression, allant jusqu’à enquêter à Tchéliabinsk alors que les suspects, tous et invariablement, soit disparaissent, soit sont éliminés avant qu’il ne puisse les interroger.
Le 14 mai, les hordes jaunes se lancent à l’assaut de l’empire occidental. Tout semble perdu. Pourtant, Domino débusque le traître fondamental en lui tendant un piège. Avec stupeur, il constate qu’il s’agit de son propre supérieur, Léonardi, chef de la sécurité de l’Eurafrique. Déjà les Asiatiques ont établi une tête de pont en Occident. Mais leur avance sera brutalement stoppée par la mise en route des rayons S.E.C. mettant le vaste territoire à l’abri de la menace ; grâce à l’inspecteur qui possédait par devers lui, un deuxième exemplaire de la cellule de commande, l’Empire put être sauvé. Léonardi,  en fuite et non reconnu par les Jaunes, sera éparpillé aux quatre vents.
Didelot plutôt écrivain de roman policier, place son intrigue sur le terrain conjectural et sur fond de péril jaune, avec une écriture nerveuse et enlevée.


couverture du roman "Marée jaune"
Roman paru aux Editions "Métal", à la couverture métallisée mais qui ne tient pas le coup, hélas! au frottage.
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu