les Seigneurs des sphères - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

les Seigneurs des sphères

les oeuvres > INVASIONS EXTRATERRESTRES

les Seigneurs des Sphères par Daniel F. Galouye, Denoël éd., coll. " Présence du futur ", 1998, 1 vol. broché, in-12ème, 222 pp. couverture illustrée par Laurent Merzoug. roman d’expression anglaise (USA)
1ère parution: 1963    titre: Lords of the Psychon
invasions extraterrestres


Daniel F. GALOUYE

(1920-1976) Ecrivain américain de science-fiction. Lieutenant pendant la guerre et pilote dans l'U.S. Navy, puis reporter et éditeur. De santé fragile, il écrivit relativement peu de romans et de nouvelles.

La Terre, avant le jour de « l’Horreur », qui a lieu, chaque année, en septembre. Des maisons détruites, des ruines, une humanité réduite à sa plus simple expression, plus aucune naissance et, partout dans le monde, des forteresses étranges formées de cubes, de cônes, de pyramides, qui brillent de mille feux :
" Derrière un rempart scintillant s’élevaient des rangées de structures d’un éclat pur, aveuglant. Force brute? ? Energie rudimentaire ? Maddox s’abrita les yeux devant ces fontaines étincelantes, ces collines d’essence lumineuse, ces éblouissants nimbus géométriques, ces voiles de lumière indolents qui flottaient d’une mince flèche à l’autre. Il brava cette impudente splendeur, et put distinguer d’immenses cubes verts, des pilônes oranges gracieux élancés, des pyramides émeraude, de miroitants obélisques gris qui paraissaient trompeusement contenir les partis les plus solides de la ville. "
Tout ceci est l’oeuvre des «Sphères», sortes d’entité immatérielles qui ont envahi le monde il y a dix ans déjà, détruisant l’espèce humaine en s’adonnant aux rituels de la «Chasse» (humains poursuivis et mis à mort de façon aléatoire) et de la «Sélection» (notamment celle des enfants et des femmes enceintes). Chaque année, à la même date, le ciel se couvre d’une «grille» lumineuse et les humains exposés sont pris par d’atroces souffrances, croyant apercevoir un soleil étrange qui les brûle jusqu’aux tréfonds de leur être :
" Une bourrasque arracha les volets. Par la fenêtre, il vit le soleil, un disque de lumière tamisé à l’éclat terni qui tremblota, s’éteignit comme il le regardait. Et, à sa place, se gonfla une gigantesque boule d’un feu violent, surnaturel, qui parut aspirer les éléments de la Grille, se nourrir de leur essence pour enfler encore et lancer des vagues de nausée et de chaleur toujours plus terribles. "
Pour Maddox, le dernier commandant terrien et son petit groupe de soldats, il ne s’agit pas d’une illusion : c’est bien un soleil extraterrestre qui luit et vers lequel la Terre, étrangement attirée sous l’impulsion des Aliens, semble vouloir se diriger :
" Et chaque fois, l’interrompit Uhlrich, il a été remplacé par une énorme boule d’un éclatant feu d’enfer. C’était le soleil coexistant qui amènera inévitablement la mort de la race humaine. Il émet des rayonnements dans un spectre dont on ne connaît pas d’autre exemple. Il stimule directement les centres de perception du cerveau. Il provoque la Seconde Vue, ou Vision Pénétrante. Il brûle, il s’enfonce dans les chairs, nous ne pouvons nous cacher. Imaginez ce qui arrivera quand nous y serons complètement et définitivement exposés, au lieu de le supporter seulement quelques secondes par heure. "
Cependant, la psychologie des Sphères reste mystérieuse et il n’est pas envisageable de les abattre avec nos armes. La lutte devra se poursuivre sur le plan mental car les Sphères réagissent à l’inconscient des êtres humains en se servant d’une substance de base, immatérielle, le « Psychon » qu’ils modulent à leur guise. Maddox hérite de deux anneaux, objets extraterrestres, récupérés lors d’un raid dans l’une des forteresses. Il s’aperçoit que le fluide mental du Psychon s’écoule de ces anneaux et il apprend à son tour à contrôler le flux jusqu’à en faire une arme décisive à opposer aux Sphères. L’urgence en est absolue puisque le prochain jour de l’Horreur chassera définitivement la Terre hors du système solaire provoquant l’extinction totale de l’humanité.
Comme si cela ne suffisait pas, Maddox et les siens doivent aussi lutter contre les agissements de Gianelli, sorte de maire auto-proclamé d’un village humain, jaloux du pouvoir du commandant, et contre une secte de fanatiques, les tenants du «Jugement dernier» , adorateurs des Sphères. En dominant le Psychon par un entraînement assidu qui doit les purger des scories de l’inconscient, Maddox, Linda et Edie entraînent un petit groupe de soldats.
Le temps presse. La forteresse à base de Psychon qu’ils arrivent à élever les protège de justesse contre les forces de la haine alors que débute l’ultime jour de l’Horreur. Une seule possibilité subsiste encore pour éviter l’innommable : empêcher les Sphères d’accomplir leur œuvre de mort, en détruisant toutes les forteresses étrangères répandues sur le globe. Pour cela il leur faudra acquérir les pouvoirs de télékinésie et de translation que seule domine pour le moment Edie. Sur le point d’échouer, Maddox fait une découverte fondamentale : les anneaux qui s’agrandissent à volonté sont capables de projeter leur propriétaire soit dans le passé, soit dans le futur.
Plus aucune hésitation n’est permise. Maddox et Edie traversent les anneaux…. pour se retrouver en un endroit étrange de l’avenir de la terre, en face d’une cité lumineuse, entièrement constituée de Psychon, façonnée par les humains, à côté de statues les représentant,  tandis qu’une foule immense vient à leur rencontre. Les Sphères ont disparu de notre monde en laissant à l’humanité renaissante des pouvoirs supérieurs dans la manipulation de l’esprit,  dont la télépathie et la domination mentale sur la matière.
Un roman curieux dont l’action passe par la confrontation entre forces psy, et description de formes de vie radicalement irréductibles aux nôtres. Il n’est pas sans rappeler le « Grand Silence » de Silverberg ou la « Terreur grise » de J. Hunter Holly.


couverture du roman "les Seigneurs des sphères"
couverture du roman et réédition récente dans la collection "Présence du futur"
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu