les Peuples vivaient sous terre - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

les Peuples vivaient sous terre

les oeuvres > MENACES ET GUERRES NUCLEAIRES

les Peuples vivaient sous la terre par Jacky Fauvel, Ferenczi éd., 1956, coll. " Mon roman d’aventures " N°399, 1 fascicule broché de 32 pp. couverture illustrée par Houy. nouvelle d’expression française. notice bibliographique in " Bulletin des Amateurs d’Anticipation Ancienne " N° 24 bis , sd  (2000)
1ère  parution : 1956
menaces et guerres nucléaires

Jacky FAUVEL
(aucune référence)

" -Ainsi, père, la nuit, il y a beaucoup d’étoiles dans le ciel ? -Beaucoup d’étoiles, oui… La lune est tantôt ronde, et tantôt, elle ressemble à un arc fin qui se cambrerait…
Les nuits sont belles, là-haut, mon enfant… - Et les forêts… Je n’ai jamais vu d’arbres… Et la mer !… Oh, papa, quand remonterons-nous à la surface de la terre ? -  Bientôt, mon petit… Quand la guerre sera finie. "

Parce que la guerre atomique fait rage au-dessus d’eux, les peuples vivaient sous la terre, dans de grandes cités. Réduits à deux blocs antagonistes, depuis trente ans, les hommes s’arrosent avec des bombes. Parfois une accalmie de quelques années permet à la nature de reconquérir le terrain perdu, comme en ces ruines fleuries qui avaient été la cité de Paris :
"A l’emplacement des villes, il n’existait plus que de gigantesques monticules recouverts de végétation…
Une verdure folle, presque monstrueuse, avait recouvert les ruines des immeubles, des monuments, des avenues, de tout ce que la civilisation des hommes avait patiemment édifié au cours des siècles. Plus de ponts en travers des fleuves, plus de champs cultivés et de vignes suspendues au flanc des coteaux. C’était une terre de Préhistoire (…) Toutes sortes d’animaux animaient la surface de cette Europe rendue à la vie primitive… "
Vania, la fille du professeur Merklin, sera enlevée par Patrick, un jeune officier, espion et traître à sa patrie. Prétextant être amoureux de Vania, il l’entraîne vers la Seine, où l’attend un sous-marin de poche. Elle servira d’otage car le professeur Merklin met la dernière touche à sa "fusée-vrille asphyxiante", arme secrète qui devrait définitivement assurer la suprématie des troglodytes. L’arme mise au point est lancée. Contrairement aux prévisions, les ennemis ne meurent pas mais sont uniquement endormis, le temps pour Merklin de retrouver sa fille.
La guerre enfin terminée,  tous sont heureux de pouvoir ressortir sans crainte à l’air libre. Pour que jamais plus un tel processus ne s’enclenche, Merklin réunit l’ensemble du corps des savants et, à leur insu, leur fait absorber une drogue qui leur enlève la mémoire. Une solution radicale pour arrêter la marche néfaste de la science !
Du pittoresque, des  descriptions convaincantes, des tueries, des ruines, une situation originale. En faut-il davantage pour captiver le jeune lecteur de ces fascicules populaires ?


couverture du fascicule "les peuples vivaient sous terre"
encore un fascicule Ferenczi dans la veine cataclysmique
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu