les Guêpes géantes de Fessenheim - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

les Guêpes géantes de Fessenheim

les oeuvres > MENACES ET GUERRES NUCLEAIRES

les Guêpes géantes de Fessenheim par Daniel Walther, pp.140 - 147 in « Ersatz d’Alsace , Anthojolie (sic) de Jean-Benoît Thirion », Budderflade éd., 1979, 1 vol. broché, in-12 ème , 153 pp. couverture illustrée. nouvelle d’expression française
1ère  parution : 1979
menaces et guerres nucléaires


Daniel WALTHER

(1940-) Ecrivain français. Romancier, nouvelliste, critique et directeur de collection. Etudes classiques en Alsace. journaliste aux DNA. Directeur de collection au C.L.A. Plus de 160 nouvelles et romans. Des recherches formelles et une thématique de la révolte et de l'érotisme caractérisent ses écrits.


L’Alsace après la catastrophe atomique de Fessenheim. Le Sundgau (dit « Sund’ ») devenu une zone tropicale et contaminée. Cinq hardis aventuriers alsaciens, des durs à cuire qui mordent à l’appât du gain, sont envoyés par m. Drop, le représentant du ministre à Strasbourg, et sommés de rapporter un petit moteur atomique égaré en cette région (on se demande bien pourquoi !) Ils seront accompagnés dans leur périple par des «askaris» c’est-à-dire des porteurs «béni oui-oui» qui ont abandonné le beau dialecte alsacien pour l’usage exclusif  du «français pointu» et qui, à l’occasion peuvent rendre de menus services :
« Jäckele Wirtz, le hetman des askaris était un grand gaillard viril et rougeaud qui essayait désespérément de s’exprimer avec l’accent du midi mais il n’y parvenait pas, à moins d’avoir bu quatre verres de brändi.
–hé là, Jäckele ! s’exclama soudain Hazel, viens
« voir » ici.
-oui, mensahib
, sur le champ !
Jäckele était dans les petits papiers de la gironde Hazel depuis que celle-ci l’avait vu sortir son membre de sa braguette pour uriner contre un baobab.
Les dimensions réellement « primitives » du
negerbibes du caporal-chef Wirtz l’avaient tellement impressionnée qu’elle s’était juré de se garder le beau militaire sous le coude jusqu’au moment où une « occasion » se présenterait.»
L’expédition se passe plutôt mal puisque arrivés sur les lieux, ils seront assaillis et défaits par des guêpes géantes, formes mutantes et intelligentes, purs rejetons de la pollution atomique.
La nouvelle qui, en soi, ne présente aucune originalité (sauf, peut-être, la référence implicite aux « Furies » de Philip Wylie) offre une saveur particulière pour les Alsaciens, ouverts aux connotations régionalistes et linguistiques.
Ainsi en est-il des noms (Caspar «Schmarotzer» signifiant «Caspar le Parasite », « Andy Firlafanz », Andy « Double Langue »), de certains mots, comme « negerbibes » (la « b… de noir »), ou d’attitudes typiquement alsaciennes (« do s’mr gbora, do welle m’r starwa », soit « c’est ici que nous sommes nés, c’est ici que nous voulons mourir »).
Il est donc certain que cette nouvelle, telle qu’elle est écrite et composée, réjouira un public, certes de qualité,  mais fort restreint


couverture de l'anthologie "Ersatz d'Alsace"
Encore une nouvelle de cette anthologie qui porte bien son nom
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu