les Filles et Nuggent Miller - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

les Filles et Nuggent Miller

les oeuvres > ADAM ET EVE REVISITES

Les Filles et Nuggent Miller par Robert Sheckley, pp.206 - 221, in " Histoires de fins du monde ", éd. Livre de poche, N° 3767, coll. " La grande Anthologie de la science-fiction ", 1 vol. broché, in-12 ème , 409 pp. couverture illustrée par Adamov. nouvelle d’expression anglaise (USA)
titre original : The girls and Nuggent Miller
Adam et Eve revisités


Robert SHECKLEY

(1928-2005)Ecrivain américain de SF. Après la Columbia High School et l'Université de New York, Sheckley tâte de nombreux métiers avant d'écrire. Il collabora longtemps à la revue Galaxy. De nombreuses nouvelles et une dizaine de romans. Humour et absurde sont ses thèmes dominants. Plusieurs adaptatations au cinéma, des scénarios pour la TV. Récompensé par le prix Hugo et Nebula. Un classique de la SF.

L’universitaire Nuggent Miller, pacifiste convaincu, a pressenti le danger d’une guerre nucléaire lorsque le Chinois menacèrent Formose. S’étant caché durant de longs mois dans un réseau de grottes aménagées, il fut le seul survivant de l’holocauste. Maintenant, toujours prudent, son compteur Geiger à la main, il cherche désespérément un autre être humain vivant. Or, il découvre non pas une, mais plusieurs traces laissées par cinq femmes, qu’il rejoint dans une clairière.
O bonheur ! Elles sont toutes jeunes et désirables mais menées par Miss Denis, ancien professeur de maintien, féministe convaincu qui affiche sa haine de l’homme, responsable du désastre, et celle du mâle, responsable de l’oppression féminine. Elle refuse tout contact avec Nuggent Miller, le faisant même chasser à coups de pierres par ses élèves. Pour le survivant, l’enjeu est trop important. Il ne peut se laisser déposséder ainsi de ce qui lui revient de droit par un legs de l’humanité. Prêt à tout pour retrouver ces filles, il renie ses valeurs fondamentales en affûtant son couteau…
« Une minute plus tard, le dernier civilisé avait disparu de la surface du globe. Avec lui périssaient le dernier des pacifistes, le dernier des objecteurs de conscience, le dernier des amateurs d’art, le dernier des bibliophiles. A la place de ces figures admirables se dressait Miller, couteau au poing et promenant tout autour de lui, de par la forêt, un regard farouche. (…)
Miss Denis n’allait pas tarder à voir surgir devant elle, hirsute, sale, puant et massue brandie, le condensé horrible de l’abominable espèce mâle tout entière. Il espéra qu’elle aurait néanmoins le temps de comprendre, de se rendre compte que c’était elle-même qui avait ressuscité la brute des cavernes.»
Une charge humoristique et ironique contre les excès du féminisme et des généralisations
.


couverture de l'anthologie "Histoires de fins du monde"
recueil de nouvelles issu de la "Grande anthologie de la sience-fiction"
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu