le Soleil va mourir - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

le Soleil va mourir

les oeuvres > MENACES COSMIQUES

le Soleil va mourir par Christian Grenier, éd. GP, coll. "Grand Angle ", 1977, 1 vol. broché, in-octavo, 217pp. couverture illustrée par un photo-montage. roman d’expression française
1ère parution: 1977
menaces cosmiques


Christian GRENIER

(1945-) Ecrivain français (roman, pièces de théâtre, nouvelles) pour la jeunesse dans le genre policier et de science-fiction. Etudes de Lettres. Enseignant. Animation de clubs. S'intéresse à l'écriture et travaille aussi pour plusieurs maisons d'édition. A collationné de nombreuses anthologies. personnalité sympathique et ouverte.

Sur Vénus, trois êtres humains observent l’évolution de la terraformation: Pierre le vulcanologue, Monique la biologiste et Stefan l’astronome. La planète a pu être déplacée de son orbite par une civilisation terrienne du futur afin de lui assurer des conditions optimales de transformation. Monique et Stefan, rappelés sur Terre, croisent en cours de route des débris radioactifs traînants dans l’espace et mis là par nos ancêtres du XXIème siècle. Puisque ces déchets constituent un danger pour la navigation interplanétaire, la base terrienne conseille à nos deux astronautes de se charger de nettoyer le terrain. La décision est prise d’envoyer les reliquats dangereux dans le soleil: celui-ci pourra les absorber facilement. Aussitôt dit, aussitôt fait. Sur Terre, après un temps de repos bien mérité, Monique et Stefan sont appelés auprès de Messigny, l’astronome le plus réputé de la planète.
Messigny est inquiet : il a constaté une recrudescence de l’activité solaire qui semble encore augmenter. Après avoir croisé ses mesures avec d’autres, il n’a plus aucun doute : le soleil est entré en phase explosive de nova. Il reste à la Terre trois mois de survie avant que le soleil n’explose, balayant la totalité du système solaire.  C’est la consternation totale devant l’inanité des efforts à entreprendre pour se protéger de l’épouvantable sort qui attend le monde. Le délai est trop court pour qu’une quelconque action soit entreprise.  Pourtant Messigny surprend son monde : un livre de science-fiction appelé " le soleil va mourir " et qui lui a été envoyé par un amateur, propose une solution audacieuse. Etant donné qu’il n’est pas possible d’éloigner la terre du soleil ou de se protéger de l’explosion, il ne reste plus qu’à jouer sur la relativité du temps, faire en sorte que la terre vive en un temps relatif beaucoup plus lent que celui du cosmos, lui donnant la possibilité d’un délai suffisant pour trouver une solution de secours. Par la " ceinture de Messigny ", un nombre suffisant de satellites génère un cocon protecteur de particules relativistes autour du globe, l’excluant totalement du reste de l’univers. Le temps sur la terre s’écoule désormais beaucoup plus lentement ; les trois mois de délai de grâce deviennent dix mille ans. Il était moins une: déjà l’augmentation de la chaleur avait provoqué divers désastres écologiques:
" Il se mit à pleuvoir.A l’intérieur du compartiment, Stefan se leva pour aller fermer la fenêtre. La pluie tambourinait clair sur les vitres. C’étaient des grosses gouttes tièdes, de celles qui appartiennent aux fins d’orages, de celles qui font les pluies tenaces. Stefan revint s’asseoir. -Qui pourrait croire que le soleil s’est emballé ? On aurait pu au moins espérer une fin d’été torride. Mais non : la saison est pourrie, comme presque tous les ans.
-Au contraire, dit Monica d’une voix terne. Cette pluie est l’une des preuves que l’activité solaire augmente: la chaleur favorise l’évaporation. Il faudra nous attendre pendant quelques semaines à de gros orages ; les masses d’air équatorial et tropical vont se heurter de plus en plus violemment aux masses d’air polaire. "

Cependant Monique et Stefan ne purent admettre que Pierre, resté sur Vénus, soit condamné. Ils convainquirent les édiles qu’ils étaient prêts à le chercher, se condamnant ainsi eux-mêmes à revenir sur une terre plus vieille de mille ans,. Considérés comme des héros et charge pour les vivants d’aujourd’hui de transmettre leur mémoire aux générations futures afin qu’ils pussent être accueillis correctement à leur retour, nos amis partent.  Ils rejoignent Pierre in extremis, mais la fusée capote et se couche : il n’est plus possible de repartir de la planète condamnée. Vénus commence à ressembler à une succursale de l’enfer. Les roches se mettent à fondre :
" Autour d’eux, les vapeurs délétères se dégageaient en lentes fumerolles qui rampaient au ras du sol. Des pierres éclataient ou se fendaient sous leurs pieds. D’autres commençaient à fondre; elles changeaient de forme à vue d’oeil, prenaient un relief plus mou et se mettaient finalement à couler comme autant de bougies. "
Soudain les condamnés voient une sorte d’engin spatial extraordinaire, sous forme de soucoupe, s’abattre auprès d’eux. Ils y pénètrent. Sauvés, voguant dans l’espace, ils mettent du temps pour comprendre - grâce d’ailleurs au fameux roman " le soleil va mourir " seul témoin d’un passé auquel ils pouvaient encore se raccrocher -  que cet engin a été envoyé à leur secours par des terriens de dix mille ans en avance sur eux (c’est à dire de trois mois plus âgés selon leur temps) et qui avaient réussi à déplacer la terre vers le centre de la galaxie,  évitant de peu la fin de leur monde:
" Stefan ouvrit le livre. Les pages étaient jaunies, cornées, usées par des milliers de doigts: elles s’effritaient lorsqu’on les feuilletait trop vite. Pierre s’exclama: - Ceux qui ont envoyé ce vaisseau sur Vénus... Ils savaient! Ils ont abandonné ce roman ici... Pourquoi? -Pour que nous puissions le comprendre, dit Stefan. - La fin! dit Monica. Nous allons sûrement savoir... Vite, lisons la fin du livre. Stefan, le coeur battant, arriva aux dernières pages. Ils se penchèrent. Ils lurent... "
Un roman pour adolescent, correctement ficelé et lisible, dont la cohérence interne - malgré la fameuse entorse à la "convention romanesque " - assure l’intérêt. Une idée originale pour traiter un thème usé.


couverture du roman "le Soleil va mourir"
couverture de l'édition originale
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu