le Satellite artificiel - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

le Satellite artificiel

les oeuvres > MENACES TECHNOLOGIQUES

le Satellite artificiel par Jérôme Sériel, pp.228 –236,  in revue " Fiction spécial » N°4, Opta éd., 1963,  recueil de nouvelles  de 248 pp. nouvelle d’expression française
menaces technologiques


Jérôme SERIEL

(1939-) Pseudonyme de Jacques VALLEE. Romancier français, informaticien, astronome, ufologue. Vit aux USA. Licence de maths (Sorbonne) et maîtrise d'astrophysique.Ufologue convaincu par la découverte des essais d'Aimé michel. Travaille pour la NASA (cartographie de Mars). Egalement à la base d'Arpanet, l'ancêtre d'internet. Fondateur du "Collège invisible"  avec Hynek et du projet "Blue Book". Peu de romans de science-fiction mais qui ont impressionné l'inconscient du lectorat français.

Le narrateur relate le lancement d’un satellite scientifique d’un poids de trente deux tonnes censé balayer la surface de la terre. Dans son journal, jour après jour, il nous fait part de ses inquiétudes.Ayant embarqué à bord d’un paquebot qui rassemble quantité de militaires ainsi qu’Ammya, qui deviendra sa maîtresse, il apprend de la bouche de cette dernière que ce satellite est en réalité destiné à des usages militaires, et notamment celui d’éliminer l’ennemi en arrosant de vibrations létales chaque pouce de son territoire.
Hasard ou mauvais réglage, le satellite provoquera, dans sa course autour de la terre, la disparition de toute vie. Puis, le narrateur quitte le navire avec son amie pour se rapprocher de mystérieuses et géantes statues lumineuses, de forme humaine, surgies de nulle part et qui rayonnent à l’infini. Auprès d’elles, se croyant en sécurité, ils régresseront pour finir par se dissoudre dans le néant.
Le lecteur se perd en conjectures (cela tombe bien puisqu’il aime la science-fiction) quant au sens de cette petite nouvelle. Seul subsiste le sentiment d’une réalité autre évoquée trop brièvement.


Numéro de la revue "Fiction spécial, Hors-Série 4"
numéro spécial de la revue Fiction N°4 ayant fait paraître cette nouvelle
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu