le Huitième fléau - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

le Huitième fléau

les oeuvres > EPIDEMIES

le Huitième fléau par Cédric Bannel, Robert Laffont éd.,1999, coll. " Best-Sellers ", 1 vol . broché, in octavo 349 pp. couverture illustrée, roman d’expression française
1ère  parution : 1999
épidémiesmenaces idéologiques


Cédric BANNEL

(1966-) Ancien énarque. Entrepreneur dynamique dans le monde économique . A participé au groupe Renault-Nissan. A crée des sites commerciaux à succès sur internet. Président de Canalblog. A habité au Japon. Pratique nombre d'arts martiaux. Ecrivain de thrillers traduits en de nombreuses langues (L'Homme de Kaboul)

Ce que l’on craignait en Angleterre s’est enfin produit : une épidémie de Kreutzfeld-Jakob dont tous les tests indiquent la virulence. Sur un échantillon de 10 000 personnes, l’on met en évidence que 8,5% sont en état d’incubation. Ramené à la population de l’Europe c’est l’équivalent de plus de dix millions de morts. Cela ressemble à l’apocalypse et le Premier Ministre anglais en a froid dans le dos :
" -Combien seront-ils ? - De malades ? Ils seront au moins six millions selon le test que nous venons de réaliser. Mais ils peuvent aussi bien être dix millions ou plus. C’est impossible à savoir aujourd’hui, car notre test sous-évalue forcément le risque. Il y a une partie de porteurs sains qui échappent au test et nous sommes incapables, par définition, d’en déterminer le nombre avant que ces gens deviennent malades.
Mais il faut que vous compreniez : nous avons tous mangé de la vache folle. Vous, moi. Sa voix n’était plus qu’un souffle maintenant. Chaque Britannique de plus de dix ans a été, à un moment de sa vie, en contact avec le prion. Et si la contamination est massive, ce pourrait même être, dans la pire des hypothèses, la disparition de l’ensemble de la population adulte. La fin de la Grande-Bretagne. "

Le docteur Appleton, un franc-tireur de la recherche, fait la découverte capitale d’un médicament capable d’arrêter le prion. Avant qu’il ne puisse en donner communication à la communauté scientifique, son laboratoire est détruit, lui-même et ses collaborateurs assassinés, et la formule volée par une équipe hautement performante de terroristes. Devant l’imminence du danger, le S.I.S. anglais met en piste une équipe de tueurs, aux moyens illimités et à l’efficacité meurtrière, chargée coûte que coûte de retrouver la formule du médicament.
Le cerveau de l’équipe est le Dr. Foster, un psychiatre hyper - performant capable de percer à jour toutes les motivations profondes. Samuel, un Noir, représente le Muscle. Ancien repris de justice, spécialiste en explosifs électroniques, perceur de coffres-forts sophistiqués, il partage la vedette avec Milan, le tueur solitaire sans scrupules ni états d’âme, premier de sa catégorie dans le maniement des diverses armes à feu. Pour clore, la touche féminine : celle de Vic, spécialiste en arts martiaux et linguiste cultivée. A  eux quatre, ils remontent la piste en éparpillant autour d’eux les cadavres pour atteindre leur but, retrouver la formule qui permettra d’enrayer l’épidémie. Leurs ennemis sont repérés au Moyen - Orient.
En Egypte, par divers indicateurs, ils remontent au groupe terroriste " Châtiment et Renouveau " qui est la main ayant perpétré l’attentat de Milton et le vol de la formule sous la direction de Dan, ancien mercenaire employé du Mossad israélien. Le repaire des terroristes sera détruit à coups de roquettes, mais pas de formule ! Un indice les mettra sur une nouvelle piste car, avant de mourir, l’un des terroristes lâche le nom de : " Golem ". Foster découvrira que l’affaire de l’attentat aura été sous-traitée et que le véritable auteur du forfait sous la direction duquel travaille Dan, est ce fameux " Golem ", chef d’une bande d’illuminés, les " kahanistes ".
L’épidémie commence à s’étendre, le temps presse et ce d’autant plus que Vic apprend qu’elle aussi est infectée. Foster amoureux de Vic mettra les bouchées doubles pour retrouver le "Golem", alias Kahan, redoutable schizophrène, désireux d’anéantir l’Occident.
La formule volée ayant été déposée en sécurité en  un coffre d’une banque suisse, par la ruse, et avec l’appui du S.I.S., Foster la récupère. Quant à Kahan, tapi dans un repaire en Floride, protégé par Dan que Milan exécute, il disparaîtra dans les marécages. L’Europe sort intacte de la crise, mais il est trop tard pour Vic qui mourra dans les bras de Foster.
Une machine littéraire bien huilée qui tourne avec les ingrédients habituels du genre : grande précision dans la description des événements, des armes, des tortures. Un psychopathe effrayant, un suspense continuellement relancé, une quête incessante promenant les héros de Londres au Caire, de New - York à Miami. Un bon produit commercial qui se lit d’une traite et qui n’innove en rien dans le genre, même si l’auteur remplace le bacille de Jensens par le prion de Kreutzfeld-Jakob.


couverture du roman "le Huitième fléau"
couverture du roman dans sa première édition
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu