LE CYCLE DES INSECTES - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

LE CYCLE DES INSECTES

les oeuvres > INVASIONS D'INSECTES

CYCLE DES  INSECTES par Thomas Cryde
invasions d’insectes

Thomas CRYDE

De son vrai nom Cédric DEBARDIEUX. Ecrivain de science-fiction, surtout au Fleuve Noir mais plutôt comédien de profession et conteur intervenant au sein des collectivités et manifestations culturelles diverses (Sud de la France)

Vol. 01 : La Nuit des insectes , Fleuve Noir éd., 1984, coll. " Anticipation " N°1336,  1 vol. broché, in-12 ème ,   182 pp. couverture illustrée. roman d’expression française
1ère  parution : 1984
Et si vraiment les insectes avaient la taille d’un chien, d’un mouton, d’une chèvre ? C’est ce que découvre Jacques Rampal , entomologiste, et  Viviane, son assistante. Ce n’est pas tout à fait par hasard puisqu’ils travaillent– à leur corps défendant– sous les ordres de l’autorité militaire à l’utilisation des insectes comme arme biologique ultime.  Les résultats obtenus par les armées du monde entier - car cette préoccupation est largement partagée par les militaires de tous bords – dépassent toutes les espérances. Non seulement les insectes, lucanes, cicadeles, mantes religieuses, etc., soumis à un bombardement radioactif, se sont multipliés, non seulement ils sont porteurs de virus multiples, mais encore ceux de la deuxième génération se sont transformés en dangereux géants… intelligents, semble-t-il!Ouvrant leurs cages, submergeant le laboratoire par leur nombre, ils investissent l’arrière-pays où se situe l’action ; ils tuent, déchirent, mastiquent, forent dans les chairs des bêtes et des humains :
"Par la fenêtre de la cuisine, il observa la campagne environnante, une folle envie de meurtre dans le regard. Mais ce qu’il distingua le cloua au rebord de pierre. Toute la prairie devant la maison était couverte d’insectes gros comme la cuisse. Ils avaient dû être surpris par l’orage et ressortaient maintenant du couvert des arbres. Un bourdonnement terrifiant montait vers lui, avec la force d’une musique hypnotique. Il s’appuya au carreau. Les pâles rayons de la lune faisaient briller les armures cornées comme celles d’une immense armée. Les insectes formaient un tapis hideux, ininterrompu, qui s’écoulait avec lenteur et puissance hors de la forêt. "
Jacques et Viviane prendront la fuite dans leur voiture fatiguée,  et, en une nuit hallucinante, traqués par divers insectes, ils échapperont à la catastrophe de peu. Un orage démentiel, des sous-bois hantés par la mort, le passage d’un torrent en furie, la mort de Juliette, la sœur de Jacques livrée aux lucanes , le sang des insectes écrasés qui s’accumule sur le pare-brise, l’arrêt progressif du moteur et l’éclatement d’un pneu, rendront l’échappée hasardeuse. Abordant la grand’route, ils aperçoivent des milliers d’insectes géants qui y déambulent. :
" Ils traversèrent un bosquet de bouleaux sans le voir, épiant la route. Soudain,  ils furent là ! Aussi loin que les phares portaient, la campagne était couverte par les corps brillants des insectes. Les carapaces épousaient le moindre relief, gommant tout le paysage sous une masse informe et luisante. Il y avait plusieurs milliers de créatures immondes qui se chevauchaient, se battaient, se déchiraient en hurlant. Certaines avançaient, d’autres reculaient, dans un désordre indescriptible, parfois grimpant sur les troncs des arbres, parfois sautant sur plusieurs mètres et retombant les unes sur les autres, engloutis immédiatement par le nombre. "

Ils devront la vie sauve à une équipe de nettoyeurs humains armés de lance flammes. Mais le pire reste à venir : l’inquiétant Dr Moret qui les soigne semble être à la solde des insectes intelligents. Que leur réserve l’avenir ?
Un récit jouant sur l’horreur viscérale qu’éprouve l’être humain envers des insectes représentatifs de " l’inquiétante étrangeté " décrite par Freud. Centrée sur l’unité de temps, de lieu et d’action – les trois critères de la tragédie classique -  l’intrigue gagne en densité en dépit d’un style parfois bien léger .
Vol.02: Osmose, Fleuve Noir éd., 1985, coll. "Anticipation " N°1356,  1 vol. broché,  188 pp., in-12 ème .couverture illustrée. roman d’expression française.
1ère  parution : 1985
Les insectes, avec l’aide des militaires, ont pris le pouvoir et font régner sur le monde une chape de plomb. Jacques et Viviane résistent,  en compagnie d’un couple, Rey et Martina. Mal leur en prend. Martina et Viviane seront enlevées, Rey disparaît et Jacques se retrouve seul, en fuite, poursuivi par des insectes géants qui en veulent à sa vie. Il aboutira dans une espèce d’immense termitière  creusée sous la montagne, où il découvrira des monceaux de cadavres servant de nourriture et de berceaux aux jeunes insectes, ainsi que le bon docteur Streit entièrement inféodé aux conquérants. Celui-ci a besoin des compétences de Jacques. Il lui explique qu’un nouvel ordre mondial va naître, qu’il est en train de créer un super-mutant, un mutant de la deuxième génération,  qui aura l’adaptabilité des humains et la force des insectes. Le processus est déjà en route.
Jacques le découvrira de ses propres yeux en apercevant Martina se faire féconder par un homme - insecte monstrueux. Ayant retrouvé Viviane et Rey, prisonniers comme lui dans la termitière, il tente de s’enfuir avec eux. Rey, bouleversé par la mort de Martina et sous la pression des événements, joue le rôle du traître. Il entraîne le couple vers le centre de la termitière, tout près de la reine, situation dont ils ne parviendront à s’extraire qu’avec beaucoup de difficultés. Et encore ne seront-ils définitivement sauvés que lorsque la résistance viendra à leur secours. Car des hommes ont pris le maquis et se sont organisés…
Vol.03 : La Semaine carnivore, Fleuve Noir éd., 1985, coll. " Anticipation " N°1415,  1 vol. broché, in-12 ème ,  186 pp. couverture illustrée par Tim White. roman d’expression française.
1ère  parution : 1985
Soixante ans ont passé depuis l’instauration de la nouvelle société hybride. Les mutants, assis sur la force des insectes géants, dominent une nation décrépite et misérable. Le gouverneur mutant Joseph Djougach (Djougatchvili ?) mène le pays et souhaite ne pas jouer l’alternance en rendant le pouvoir aux conseillers purement humains, contrairement à Warwick qui souhaite le conquérir. Une sombre machination opérée par quatre terroristes, au Q.I. proche du zéro, décidera de l’avenir.
Dreamers, le peintre-poète asocial est entraîné à son corps défendant dans l’action. Il recherche la fille du professeur Breitz, Sophia, pour lui expliquer que de nombreuses plantes carnivores ont disparu du laboratoire de son papa et que l’une d’elle, une dionée géante a provoqué la mort de Morna, la fille de Djougach.Dreamers fera la connaissance de Cordelli, l’un des terroristes, qui le hait d’emblée, de Paxton, un paquet de muscles, et de l’égérie de la bande, Mathilde. D’un commun accord,  les comparses décident qu’il sera le poseur d’une bombe végétale (des plantes carnivores) destinée à éliminer les conseillers mutants lors du cortège funéraire de Morna. Mais rien ne se passe comme prévu. Cordelli, qui trahit la bande au profit des mutants, mourra à moitié digéré par une plante carnivore géante. Warwick, informé de l’attentat, laissera faire à son profit. Paxton et Mathilde seront tués par Dreamers qui n’aime pas qu’on torture Sophia. Et la société mutante continuera sur sa lancée…
Une tempête dans un verre d’eau. De petits personnages, une intrigue rabougrie, des dialogues d’une nullité confondante, ce troisième épisode du cycle se perd dans l’insignifiant. Heureusement, c’est aussi le dernier.


couverture du roman "la nuit des insectes"
couverture du premier volume du cycle
 
Retourner au contenu | Retourner au menu