la Vieille petite miss Macbeth - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Vieille petite miss Macbeth

les oeuvres > SOCIETES POST-CATACLYSMIQUES 2

la Vieille petite miss Macbeth par Fritz Leiber, pp.163 – 170, Presses Pocket éd., 1982, coll. " Fritz Leiber, Le Livre d’Or de la science-fiction " N°5138, 1 vol. broché in-12 ème , 362 pp. couverture illustrée par Laverdet. nouvelle d’expression anglaise (USA)
1ère  parution : 1958    titre original : Little old miss Macbeth

sociétés post-cataclysmiques 2


Fritz LEIBER

(1910-1992) Ecrivain américain de fantasy et de science-fiction. Influencé par le monde théâtral. Licence de philosophie. Correspondance avec Lovecraft. Rédacteur en chef de Science-Digest. Prix Hugo (le Vagabond), Nebula, Locus.

Une misérable petite vieille, souffrante et essouflée, se réveille dans un taudis urbain, sans lumière et sans chaleur. Elle s’habille de ses oripeaux, descend précautionneusement dans la rue encore obscure, aux magasins défoncés, grouillants de créatures angoissantes, tels ces vers luisants :
« Il y en avait de toutes les couleurs, parmi lesquelles toutefois prédominait le rouge. Ils se déplaçaient en rampant comme des chenilles, mais un peu plus vite. Ils ressemblaient à de vieux tubes de néon (…) Ils rampaient le long des trottoirs, sinuaient à travers la rue (…) Ils étaient également deux ou trois à grouiller le long de ce qui avait probablement été des câbles, qui pendaient au-dessus de la rue.
Tout en évoluant, les vers faisaient entendre un petit bourdonnement, et les câbles vibraient. »
Avec difficulté, elle atteint un autre pâté de maisons, grimpe dans un appartement et là, dans la cuisine, s’humidifie longuement la bouche en aspirant les rares gouttes d’eau qui suintent d’un robinet rouillé. Puis elle reprend le chemin du retour, non sans avoir griffonné le message suivant :
« Chère Evangéline
J’ai été ravie de recevoir votre message et d’apprendre que vous aussi, enfin, possédiez une ville pour vous toute seule –avec, cela va de soi, des choses qui sont bien à vous. Comment trouvez-vous Louisville depuis la destruction ? Calme et silencieuse, j’espère. Pittsburgh est tellement bruyante ! J’envisage de déménager pour aller à Cincinnati. Savez-vous s’il s’y trouve déjà des habitants ? A vous de tout cœur.    
Miss Macbeth. »
Une nouvelle à l’atmosphère surréaliste et onirique qui dessine le tableau d’un environnement chaotique à travers les actions d’un être fragile et sans défense.



couverture d'un exemplaire de la collection dédiée à un auteur spécifique
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu