la Route de l'Atlantique - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Route de l'Atlantique

les oeuvres > LES GUERRES FUTURES 2

la Route de l’Atlantique par Léopold Frachet, Ferenczi et fils éd., 1948, coll. « Mon Roman d’Aventures » N°69, 1 fascicule de 32 pp. couverture illustrée par Houy. notice in « le Bulletin des Amateurs d’Anticipation Ancienne » N°34, sept. 2004. nouvelle d’expression française.
1ère  parution : 1948
guerres futures 2

Léopold FRACHET

Pseudonyme de Joseph de TREFFORT. Ecrivain populaire français faisant partie de l'écurie Ferenczi Au fait, son prénom était-il "Léopold" ou "Léon"? Le débat fait rage sur le site "A propos de littérature populaire"

Le professeur Solvol a réuni autour de lui un aréopage de financiers pour leur expliquer sa fantastique découverte. Par un changement opéré dans la structure atomique de l’eau, Solvol a pu solidifier l’eau de mer. Il envisage de construire une route sur l’Atlantique pour relier l’Europe à l’Amérique en sollicitant des fonds pour son projet. Celui-ci n’eut pas le temps de voir le jour pour deux raisons. La première, c’est que le professeur Solvol disparut peu de temps après sans plus donner de signes de vie. La deuxième, c’est le déclenchement de la deuxième guerre mondiale où les Allemands triomphèrent sur terre et sur mer. De terribles batailles maritimes eurent lieu qui devaient empêcher l’approvisionnement de la Grande-Bretagne en fournitures de guerre :
«Les mers étaient sillonnées par de véritables forteresses flottantes qui bravaient les pires tempêtes uniquement pour aller surprendre l’ennemi dans ses repaires les plus inexpugnables. Et l’ennemi, bien entendu, répondait par les mêmes moyens et rendait les coups avec une générosité digne d’un meilleur usage. Bref… La guerre faisait rage et menaçait de détruire le monde entier pour peu qu’elle durât encore longtemps à ce rythme épouvantable. »
Alors que le sort semblait favorable aux Alliés, soudainement, de nombreux navires coulèrent, comme s’ils avaient heurté un obstacle transparent et solide.Les Allemands, qui avaient enlevé le professeur Solvol, avaient mis en application son invention, barrant la route maritime depuis les Açores jusqu’à l’Islande. Cette digue fut puissamment bombardée mais les brèches immédiatement comblées par les diligents sous-marins allemands qui utilisaient le « Désintégrateur A » mis au point par Solvol. Les Alliées étaient en passe de perdre la partie malgré les batailles titanesques livées autour de l’obstacle, lorsqu’un aviateur français nommé Dumoulin, fortuitement évadé d’un camp allemand, les éclaira sur le sort du professeur Solvol, qu’il avait fréquenté dans une cellule du camp de Meresbourg. Le savant était mort depuis, mais avait confié les principes de son invention à Dumoulin, surtout les plans de construction d’un « Désintégrateur B », censé désunir les atomes solidifiés :
« Ce ne fut qu’au bout de quatre heures que le premier résultat apparut : une fissure dans le barrage. Puis cette fissure grandit, grandit encore, prit la forme d’une véritable brèche, semblant s’affaisser dans l’abîme. Littéralement, elle fondait, ce qui n’avait rien de surprenant puisque les éléments du Solvol dont elle était composée avaient été empruntés à la mer. Sans bruit, presque instinctivement, la route de l’Atlantique retournait à sa forme première. Bientôt elle fut complètement disloquée sur plusieurs milles de longueur. D’énormes blocs de Solvol flottaient et partaient à la dérive, semblables à des icebergs. »
Un travail scientifique acharné permit la démolition progressive du mur et fut la cause de la victoire des Alliés sans que l’Européen moyen ne sût jamais rien de cette aventure.
Une petite nouvelle gauchissant l’histoire datée par des éléments conjecturaux injectés dans une guerre réelle qui, du coup, prend une dimension onirique.


couverture du fascicule "la Route de l'Atlantique"
Encore un des nombreux fascicules à éléments conjecturaux de la collection "verte" de chez Ferenczi
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu