la Princesse a encore fugué - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Princesse a encore fugué

les oeuvres > MENACES ET GUERRES NUCLEAIRES

la Princesse a encore fugué, pp. 41-56, par Pichard (dessinateur) et Andrevon (scénariste) in « Charlie mensuel » N°93, oct. 1976, éd. du Square. récit complet. BD d’expression française.
1ère  parution : 1976
menaces et guerres nucléaires


Georges PICHARD

Jean-Pierre ANDREVON

Georges PICHARD: (1920-2003) Dessinateur français de BD. Etudes d'Arts Appliqués et publicité. Enseignant en graphisme. Débute dans les journaux (Chouchou, Pilote, Charlie mensuel) Représentant de la BD pour adultes avec l'érostisme en constante, voire la pornographie (Blanche Epiphanie, Marie Gabrielle de Sainte-Eutrope)
Jean-Pieerre ANDREVON: (1937-) Ecrivain. après des études aux Ponts et Chaussées, son service militaire en Algérie, devient enseignant. En 1969, l'écriture sera pour lui une occupation à temps plein.De nombreuses activités: journalisme, scénariste, illustrateur, écriain. Ses premiers textes paraissent dans des fanzines, puis dans la revue "Fiction" . Publie en moyenne quatre ouvrages par an, d'abord au Fleuve Noir ou chez Denoêl.  Plutôt spécialisé dans la SF cataclysmique. Aujourd'hui travaille surtout au profit du thriller et de la littérature pour enfants. De sensibilité écologiste.


La Princesse-si-jolie en a assez de vivre dans sa chambre où on lui ramène sans cesse les cadavres des petites bêtes qu’elle avait tant de plaisir à visionner sur son écran.  Prise d’un coup de folie, elle assassine sa chambrière et s’enfuit à l’extérieur rejoindre le prince charmant de ses rêves. Rattrapée par des gardes en habits de protection anti-radiations, elle est ramenée de force dans l’abri anti-atomique où l’attend son père en colère.
Chef de la cité souterraine, il n’a d’autre alternative que de la faire isoler, après décontamination, dans une cellule plombée. Tous les survivants, le visage ravagé par la maladie, devront être beaucoup plus vigilants à l’avenir.
Une BD qui joue sur l’opposition entre la réalité post-nucléaire et la beauté d’un paysage de conte de fées.


une planche du récit tirée de la revue"Charlie mensuel" N°93
tout l'esprit d'Andrevon et le coup de crayon de Pichard
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu