la Machine à faire sauter la planète - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Machine à faire sauter la planète

les oeuvres > MENACES ET GUERRES NUCLEAIRES

la Machine à faire sauter la planète par G. Laffont, pp. 23/24 in « Boléro » N°166, 3 ème  trim. 1953. nouvelle d’expression française.
1ère  parution : 1953
menaces  et guerres nucléaires

G. LAFFONT
(aucune référence)

Le professeur Richter, directeur du CNRS, et son assistant Jean Degrève, ont réussi à percer le secret de la matière. Richter est pessimiste quant à l’usage que l’humanité pourrait faire de son secret :
«Pensez que le nouveau procédé de désintégration facilement réalisable en laboratoire, mettrait à portée du premier venu, d’un inconscient ou d’un fou, le plus formidable moyen de destruction qui soit concevable. »
Il n’a pas tort. Le soir même, les deux hommes sont enlevés par les sbires de Tulax, un descendant des rois Toltèques qui a juré la mort des Blancs. Ils seront emprisonnés en son repaire souterrain, dans un îlot de la mer australe, où Tulax espère arracher son secret au professeur Richter. Celui-ci résiste, puis, de guerre lasse, se suicide. Reste Degrève, lequel, sous l’influence de Maya, une jeune étudiante indienne  rencontrée jadis à Paris, est près de succomber :
« La jeune indienne, plus diaboliquement belle que jamais dans une robe légère qui moulait son corps chaud et doré, s’était faite insinuante, enveloppante et tentatrice, avec ce pouvoir de séduction qui émanait de sa jeunesse ardente et sauvage, de ses longs yeux noirs, de ses lèvres sucrées, de ses mains douces et caressantes. »
Maya joue  un jeu trouble (ne serait-elle pas la compagne de Tulax ?) et Jean résiste, bien qu’il ait achevé la bombe avec laquelle il compte faire sauter l’île, et donc se sacrifier lui aussi.Grâce à son ami Pierre Thibaud, officier de marine, qui a eu vent de sa disparition , ayant  réussi à le situer à cause d’une bouteille jetée à la mer par Jean, intervenant avec célérité dans son sous-marin « Le Téméraire », la vie du jeune chercheur put être sauvée. Au moment où Jean, quitte l’île en plongeant à la rencontre du submersible croisant au près, Tulax, Maya, et la société robotisée des indiens vengeurs volent en poussière.
Une petite nouvelle écrite à la gloire du génie français, dans le ton de la littérature populaire des années cinquante.



4ème de couverture de la revue "Boléro" N° 166
une belle illustration en 4ème de couverture de la revue "Boléro" N°166
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu