la Fin du monde racontée par l'ange ND - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Fin du monde racontée par l'ange ND

les oeuvres > L'ENTROPIE PROGRESSE...

La Fin du monde racontée par l’ange N.D. par Blaise Cendrars, Pierre Seghers éd., 1948, 1 fascicule broché, in-12 ème  de 45 pp. coll. « Poésie 49 ». nouvelle d’expression française
1 ère  éd : 1948
l’entropie progresse...- l’apocalypse réalisée


Blaise CENDRARS

(1887-1961) romancier, poète, écrivain. Après de grands voyages et un engagement militaire dont il sort mutilé, il est naturalisé français. S'intéresse au cinéma sans succès. Ecrit des romans universellement appréciés et ses mémoires. Considéré comme le romancier de l'aventure, il exalte le modernisme et la poésie du voyage.


Dieu le Père  en businessman américain, est très mécontent de sa création. Appelant à son secours le prophète Ménélik, roi d’Ethiopie, il en vient à suggérer à l’ange Notre-Dame (celui du haut de la cathédrale de Paris) d’emboucher la trompette de l’apocalypse. Aussitôt, suivent une série d’événements : le disque solaire s’agrandit, dessèche la terre; des vents et de la poussière soufflent en tempête. Un nouveau climat produit un nouveau règne animal composé de mutants. Le refroidissement survient ; de glaciations en glaciations, de sécheresses en sécheresses, la terre n’est plus qu’un immense désert parsemé d’os blanchis. Les hommes ont disparu depuis longtemps. D’autres formes vitales ont pris le relais :
« Puis tout se fige. Les glaces s’étendent ; les mers sont envahies et le ciel les charrie. Les oiseaux sont morts et les animaux terrestres. Sur les rives d’un étroit chenal d’eau tiède, qui seul subsiste, viennent respirer des êtres humides, apodes, à face humaine, ayant les poumons à l’extérieur, des deux côtés de la tête.»
La chaleur a fait se liquéfier les solides qui forment un fleuve de boue, les eaux se subliment en vapeur. Le brouillard granuleux qui en résulte rappelle les conditions primordiales de la genèse : bouillonnement, rayonnement, nuée ardente, existence d’une mer huileuse et lourde, d’une terre noirâtre et graisseuse.  De là surgira une nouvelle vie, qui, en accéléré, aboutira à une (nouvelle) ville de Paris au moment où l’ange N.D. repose sa trompette alors qu’un Dieu le Père, fatigué, s’assied lourdement à son bureau directorial.
Etonnant petit opuscule que « la Fin du monde ». Blaise Cendrars livre un synopsis de film non réalisé qui fourmille d’idées et de tableaux à la fois apocalyptiques et surréalistes.
La première édition de cette œuvre, illustrée par des tableaux de Fernand Léger, est rarissime et recherchée
.

couverture du fascicule "la Fin du monde racontée par l'ange N.D."
couverture de cette curieuse nouvelle de Cendrars
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu