la Dernière nuit - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Dernière nuit

les oeuvres > L'ENTROPIE PROGRESSE...

la Dernière nuit (La) par Jean-Charles Harvey, pp.207 -213  in " L’Homme qui va ", les éditions du Mercure, 1924, Montréal, 1 vol. broché, recueil de nouvelles,  in-12 ème , 213 pp. couverture illustrée  par Simone Routier.  nouvelle d’expression française (Canada)
1 ère  éd. : 1924
l’entropie progresse...


Jean-Charles HARVEY

(1891-1967) Journaliste et romancier québécois. Etudes au Séminaire de Chicoutimi. Reporter au journal "la Patrie". Fonde l'hebdomadaire "le Jour" à Montréal. Anti-nationaliste, anti-faciste, contre l'antisémitisme. Prend le parti des Républicains. Travaille également au sein de "Radio-Canada". Franc-maçon.

«Depuis des siècles, le soleil presque éteint, ne lançait plus dans l’espace que de sinistres clartés. Le froid, frère du néant, avait envahi peu à peu son orbe immense ; il étreignait sa lumière blanche avec une ténacité que mettaient autrefois les médiocres à étouffer le génie. Et l’astre, trop vieux pour lutter plus longtemps, cédait lugubrement aux forces des ténèbres.»
Pour une humanité très vieille, le monde se refroidit, comme le soleil. Les glaces migrent des pôles et enserrent un dernier noyau d’hommes établi sous les tropiques. Un tremblement de terre achève la déroute de l’humanité en ne laissant subsister que deux hommes et une femme :
" Par une nuit polaire, une secousse sismique fit céder toute cette partie de la couche terrestre qui abritait encore des hommes. Ceux-ci furent ensevelis dans leurs cavernes. Quand le soleil violet se leva sur cette désolation, il ne restait plus que trois vivants dans le monde : deux hommes et une femme qui s’appelaient Démos, Julien et Léa. "
Démos tuera Julien par jalousie et le dernier couple, à son tour, mourra enchâssé dans les glaces. Tout est-il donc perdu à jamais ? Non ! la vie reprendra lors du passage d’une nouvelle étoile qui réchauffera la terre permettant à une nouvelle vie de surgir.
Un récit court aux accents aussi désespérés que ceux de Pouydebat.


couverture du recueil de nouvelles "lHomme qui va"
couverture du recueil canadien contenant notre nouvelle
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu