la Dernière fleur - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Dernière fleur

les oeuvres > LES GUERRES FUTURES 1

la Dernière fleur, parabole en images par James Thurber, Gallimard éd., 1984, coll. " Folio Junior ", N°265, 1 vol. broché, in-12 ème , npg. couverture illustrée  par l’auteur. nouvelle d’expression anglaise (USA). notice biographique in " Le Bulletin des Amateurs d’Anticipation Ancienne " N°16, janv. 1997
1 ère  parution : 1939
guerres futures 1


James THURBER

(1894-1961) Ecrivain américain, journaliste, humoriste, dessinateur. Etudes à l'Université de Ohio. Correspondant au Chicago Tribune à Paris. Se tourne vers une littérature très personnelle, formée de fables pour adultes, de mémoires fictivees illustrées, de cartoons, etc. (New Yorker).  "la Dernière fleur" a été traduite en français en 1952 par Albert Camus.

" La douzième guerre mondiale, comme chacun sait, amena l’écroulement de la civilisation. Capitales, villes et villages disparurent de la surface de la terre. Bocages et forêts furent détruits. Ainsi que tous les jardins. Et toutes les œuvres d’art. Hommes, femmes et enfants furent ramenés au-dessous des espèces les plus viles. "
Avec une grande économie de moyens, ce conte en images évoque, pour les jeunes  (et les petits enfants) comment l’homme en arrive à s’auto détruire. Avec des images naïves, l’auteur montre l’implacable engrenage de la violence, comment les généraux disent aux soldats de faire la guerre, comment les chiens quittent les hommes qui ont tout perdu, comment la dernière fleur qui subsiste dans un monde ravagé parvient à redonner du sens à l’amour, à la beauté, à l’homme et à la femme , seuls survivants au monde. Courageusement, la société se reconstruit jusqu’à l’apparition de l’idée de propriété, du sentiment de l’envie, de la jalousie et de la haine. Attisée par les militaires, la guerre reprend et dévaste tout. Il faut à nouveau reconstruire.
Un pamphlet violent contre la sottise humaine et le mécanisme de la violence du capitalisme soutenu par le pouvoir armé. La situation de l’homme apparaît comme désespérée car la guerre ravage de manière cyclique l’humanité. Un livre à mettre entre toutes les mains pour l’édification des foules.


couverture du roman "la dernière fleur"
édition de poche pour ce roman paru dans une collection pour jeunes adolescents
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu