la Compagnie de l'Air - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Compagnie de l'Air

les oeuvres > POLLUTION GENERALISEE

la Compagnie de l’Air par Christophe Lambert, pp.63-80,  in « Demain la Terre », anthologie, Man go éd., 2003, coll. Mango Jeunesse » N°17, 1 vol. broché, grand in-12 ème , 224pp. couverture illustrée par Philippe Munch. nouvelle d’expression française
1 ère  parution : 2003
pollution généralisée


Christophe LAMBERT

(1969-) Ne pas confondre avec l'acteur du même nom. Ecrivain français de science-fiction et policier dans le cadre de la littérature pour la jeunesse (dont il s'évade). Après des études de cinéma (court-métrages), il travaille pour la télévision. Intéressé par l'écriture. Une production déjà abondante, romans et nouvelles. Pilier de la collection "Autres mondes". Récits aux intrigues dynamiques et intelligentes.

La conurbation de Tokyo en 2030.La pollution y est telle que seules les hautes tours émergent d’une brume constante. Les citoyens japonais sont invités à se procurer l’oxygène et l’air nécessaires à la vie dans des boîtes vendues par Yi Yendi corporation. Shu Thi-shida, employé comme informaticien chez Yi Yendi, est très en colère. Jadis, sa femme et son fils sont morts, tué pas la pollution. Etant trop pauvres à l’époque pour se payer les services de Yi Yendi, la firme toute puissante leur a coupé l’énergie et l’accès à l’air pur.
Aujourd’hui, Shu Tishida a rendez-vous avec Mashimoto, le grand patron qui se fait un point d’honneur d’accueillir personnellement, une fois l’an, chaque employé qui le souhaite. L’informaticien lui rappelle l’existence du dossier « Ogumi » stipulant que l’air pur vendu est additionné d’une drogue, « l’Euthinal polychlorique », destinée à rendre les consommateurs dépendants des services de l’entreprise.
Mashimoto nie le fait, mais dès le départ de Shu, le fait assassiner. Soulagé d’avoir évité le danger qui risquait de couler l’énorme trust, il ignore que Thishida a rendu le dossier accessible en l’injectant sur les circuits informatiques planétaires par un virus du type « cheval de Troie » inséré dans les circuits de Yi Yendi. Aussi, dès que Mashimoto allume son ordinateur, c’est lui-même qui signe sa perte.
Un futur proche et monstrueux lié au développement sans freins du libéral-fascisme .


couverture de l'anthologie "Demain la terre"
couverture de l'anthologie dans laquelle notre nouvelle a été éditée
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu