la Chambre de la mort lente - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

la Chambre de la mort lente

les oeuvres > LES GUERRES FUTURES 1

la Chambre de la mort lente par Michel Darry, éd. Ferenczi, 1937 , coll. « Voyages et Aventures « N°222, 1 fascicule broché , in-12 ème , 64 pp. couverture illustrée par Armengol. roman d’expression française
1 ère  parution : 1937
guerres futures 1

Michel DARRY
(aucune référence)

A Tanger, le lieutenant de vaisseau Stève de Kermayeur, ayant suivi une jeune fille, Lucile, est assommé sans qu’il puisse reconnaître son agresseur. Il sera réveillé par Didier Delannoy, un as du 2 ème  Bureau, qui lui proposera de partager sa traque à l’encontre de dangereux gangsters associés à Baroy, le compagnon de la jeune Lucile. Ils procèdent à la filature du susdit et aboutissent dans un tunnel sous-marin dont la largeur et la disposition des sas de sécurité révèlent le caractère fonctionnel. En le parcourant, ils atteignent les soubassements granitiques du Rocher de Gibraltar, découvrant ainsi une voie d’invasion probable par où des Allemands pourraient envahir Gibraltar lors d’une guerre germano anglaise hypothétique.
Stève et Didier se feront malheureusement repérer par les bandits. Destinés à finir leurs jours dans la « chambre d’immersion », ou « chambre de la mort lente », ils devront la vie sauve à Lucile qui, quoique pactisant avec l’ennemi, ne put se résoudre à supprimer d’aussi beaux jeunes hommes. Le combat final avec l’ennemi étendit pour de bon l’infâme Allemand Otto Saads et l’ignoble Italien Abattino, son complice, au moment même où la troupe anglaise, avertie par l’ingénieux Didier, investit à son tour le tunnel, réduisant à néant la menace d’invasion.
Un fascicule populaire offrant des personnages stéréotypés sur un fond de guerre conjecturale peu crédible.


couverture du fascicule "la chambre de la mort lente"
Encore une couverture d'un fascicule de la série "Voyages et aventures" dessinée par le fécond Armengol
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu