l'Invasion de la Terre - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

l'Invasion de la Terre

les oeuvres > INVASIONS EXTRATERRESTRES

l’Invasion de la Terre par Jimmy Guieu, Fleuve Noir éd., 1952, coll. Anticipation " N°13, 1 vol. broché, in-12ème, 188 pp. couverture illustrée par par Brantonne. roman d’expression française
1ère  parution : 1952
invasions extraterrestres


Jimmy  GUIEU

(1926-2000) Ecrivain français de science-fiction né en Provence. Pilier du Fleuve Noir (Anticipation, Espionnage) ainsi que des romans érotiques et policiers (sous pseudonymes). Résistant durant la guerre, il a développé la haine à l'égard des "invasions" de toute nature. Son implication ésotérique, philosophique et franc-maçonne lui a donné l'assurance d'une "mission" à remplir, celle d'avertir le monde des dangers d'une conspiration extraterrestre, d'où sa spécialisation en ufologie. De nombreuses conférences et interventions sur les ondes, des essais et des rééditions de ses oeuvres.



Les Martiens (Kroniens) convoitent notre globe. Ressemblants étrangement à leurs frères décrits par Wells, ils habitent une planète quasi-morte dont les canaux (répertoriés par Percivel Lovell) n’assurent plus leur sécurité. Alors que notre globe, si bleu, à la température si douce…
Mais ce forfait ne sera pas grâce au nain martien Kimdô et à sa femme Nommya qui avertissent les Terriens  si athlétiques et si beaux, les astrophysiciens Buck et Jerry en compagnie de leurs pneumatiques amies Juanita et Nicky. Empruntant une soucoupe volante supra-luminique laissée sur terre lors d’un précédent récit, ils rendent une petite visite à la planète Mars et ses habitants, libèrent Kimdô et son épouse puis s’en vont chercher des armes dans la nébuleuse d’Andromède (la galaxie Betlyor) chez les gentils Glamoriens eux-mêmes en lutte contre les abominables Taborok, géants vindicatifs et querelleurs.
Appuyant l’ami Xung, le Betlyorien,  dans sa lutte contre Kamor le chef des Taborok, Buck et Jerry offriront les rayons démagnétiseurs de la soucoupe à la civilisation amie, ce qui permettra, petit 1 : de libérer deux princesses betlyoriennes qui épouseront in petto nos deux héros, petit 2: de supprimer la civilisation des Taborok (seulement quarante millions de mondes, excusez du peu !)
Cette tâche accomplie, ils ont enfin le temps de songer à notre pauvre Terre déjà endeuillée par les premières vagues d’assaut des Martiens, pardon Krôniens. Volant à son secours, ils liquéfient les Martiens envahisseurs grâce à une arme ultime : le «liquéfacteur de Martiens»,  et libèrent la Terre qui pourra convoler en justes noces avec les Betlyoriens de la nébuleuse d’Andromède.
Des combats titanesques, des vocables inouïs, des armes inédites, des milliards de parsecs franchis en une minute, du bruit, de la fureur, parsemés des notules « exact », «rigoureusement exact », « vrai », etc., bref, un véritable space-opéra comme on le concevait dans les années cinquante. Merci qui ?… Merci, monsieur Guieu. (Pourtant, quand on y songe, toute l’invasion de la terre tient en 20 petites pages sur 188)

couverture du roman "l'invasion de la terre"
avec l'immortelle couverture de Brantonne
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu