l'Arrivée des glaces - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

l'Arrivée des glaces

les oeuvres > LE DERNIER HOMME

l’Arrivée des glaces par G. Peyton Wertenbacker, pp. 33 –51, in " Les Meilleurs récits d’Amazing Stories , période 1926/32, " , Librairie des Champs Elysées éd., 1974, coll. " Jacques Sadoul Présente ", 1 vol. broché, in-12 ème , 311 pp. nouvelle d’expression anglaise (USA)
1 ère  parution : 1926    titre original : The coming of the Ice
l’entropie progresse…le dernier  homme

G. Peyton WERTENBACKER

(1907-1948) auteur, journaliste, critique, éditeur. Pionnier de la S.F. avec Hugo Gernsback. A publié dans les pulps,  puis a préféré une activité de journalisme. S'est ensuite détourné de la science-fiction pour écrire des romans régionaux, enfin, après une contribution à "Times Magazine" a passé le reste de son activité dans l'industrie spatiale.

Denell, le dernier homme au monde, se remémore avec nostalgie sa longue vie. S’étant prêté à une expérience supposée le rendre immortel, elle a réussi mieux que prévu en lui ôtant toute possibilité de ressentir des sentiments. Alors, stérile par nécessité, il fait de son mieux pour pallier ses manques : il s’adonne aux joies de la contemplation des concepts ; mais son esprit épuise au cours des longs millénaires le champs des découvertes et, insensiblement, les êtres humains autour de lui, le dépassent en intelligence.
Il resta pourtant un témoin muet et taciturne, assistant au lent basculement des millénaires, aux convulsions des races, aux guerres, aux transformations progressives de la terre, jusqu’au moment final où celle-ci fut recouverte par les glaces , ne laissant de libre qu’une mince bande équatoriale. La terre se transformant en un tombeau glacé, ses derniers compagnons humains, redevenus sauvages, auront disparu dans la tourmente. Denell restera le seul de son espèce sur une planète morte :
" J’ai froid. Je l’ai déjà écrit. Je suis gelé. Mon haleine tombe en petits glaçons au contact de l’air et je peux à peine remuer mes doigts gourds. La glace se referme sur moi, je ne peux plus la briser. La tempête hurle autour de moi dans le crépuscule et je sais que c’est la fin. Et moi… moi, le dernier homme…Le dernier homme…"
Une nouvelle inédite originale en son temps qui partage quelques accents communs avec celle de Campbell Jr,
"Crépuscule".


couverture de l'anthologie "les Meilleurs récits d'Astounding stories"
couverture de l'anthologie de Jacques Sadoul
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu