l'apocalypse réalisée - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

l'apocalypse réalisée

les thèmes

L'APOCALYPSE REALISEE


Ce thème rassemble une série d'ouvrages qui, bien que strictement conjecturaux, empruntent tout ou partie des événements cataclysmiques annoncés dans l'apocalypse de St. Jean. Pour mémoire, citons les quatre cavaliers porteurs de mort, les anges annonciateurs de la fin avec leurs trompettes, l'apparition de l'Antechrist, les plaies variées frappant l'humanité, les luminaires qui tombent du ciel, les ténèbres de sang et de noirceur indicible, la guerre de tous contre tous, l'ouverture des tombeaux, la résurrection des morts, le jugement dernier, l'ouverture du ciel et de l'enfer, l'admission dans la Jérusalem céleste.
Ce texte ésotérique et symbolique a si vivement frappé l'Occident chrétien qu'innombrables sont les oeuvres picturales ou écrites à en faire part.  C'est un vivier permanent de figures cataclysmiques évoquant la mort,  suffisamment protéiformes pour épouser des structures littéraires nouvelles ou pour être utilisées dans des genres spécifiques, tels que le roman conjectural. C'est tout naturellement que les guerres atomiques, la pollution , les épidémies virales deviennent les nouvelles causes de la finitude humaine. A cet égard, le cycle de Stéphanie Benson, "Al Teatro", demeure une exceptionnelle réussite. S'inspirant du Jardin des délices (l'enfer) de Jérôme Bosch, l'auteur se sert de l'intrigue policière pour faire émerger une version hallucinée des tares morales de notre époque tels que la pédophilie, l'emprise mortifère des multinationales, l'existence d'un complot universel, le déclenchement d'une guerre nucléaire, la création de formes mutantes,  et un prédateur hors norme apparenté à l'antéchrist. Dans le même ordre d'idées, le roman de Caldwell Taylor, "Votre péché est le mien", reprend l'idée de la responsabilité collective dans le déclenchement d'une guerre sauvage entre les hommes et la nature sous la forme de la multiplication de bêtes semblables aux scorpions et aux serpents venimeux. Quoique contestable au plan idéologique ( c'est le communisme et les états  socialistes qui sont visés) le récit n'en est pas moins puissant et enlevé. Plus canonique, car suivant de très près l'apocalypse dans son déroulement, se veut le récit de l'auteur canadien P. P. Paradis  dans "la Fin du monde vue par un témoin oculaire". Que les événements décrits se déroulent sur Vénus n'enlève rien  à la force du récit.  "Mada ou le dernier homme" du baron d'Aiguy ou "Omegar" suivent une thématique identique. Elise Gagne s'élève contre le stupre et la fornication régnant dans les lettres françaises au XIXème siècle, selon elle. Elle fustige la presse, qui d'ailleurs n'a pas reconnu la valeur de son mari, Paulin Gagne, (classé aujourd'hui parmi les fous littéraires), ainsi qu'Anatole France pour ses idées anti-cléricales et impies, éloignant la France, fille aînée de l'Eglise, de la foi véritable. L'ambiance "fin du monde" n'est pas non plus oubliée. Andrew Weiner signe un roman intimiste très particulier à cet égard, "En approchant de la fin", où l'Antechrist se présente comme une figure féminine.
Inclassable est, par ailleurs, la suite romanesque de Brussolo "les Brigades du chaos". Renouvelant les concepts apocalyptiques traditionnels, les tordant sur l'autel de la SF, l'auteur innove à chaque page  en un cycle époustouflant, débridé, fantastique sans que la logique ne perde jamais ses droits. Du grand art! Même la bande dessinée "le Grand chien" (qui a eu  un succès tout relatif) se base sur l'apocalypse. Son héros, contempteur de la sanie humaine et chevauchant l'atome,  mettra fin, comme tout cavalier de la mort que se respecte, à l'avenir de l'espèce humaine. Une mention toute spéciale pour l'excellent roman d'Andrevon "Zombies, un horizon de cendres". Il semble qu'aujourd'hui la thématique du zombie se développe singulièrement, étant particulièrement en phase avec les angoisses de notre époque. Dans ce récit, entièrement voué à la résurrection des morts hors de leur tombe, animés d'une vie de plus en plus forte, due à la plongée de la Terre dans un champ magnétique spécial, la ruine universelle menace l'empire des vivants, c'est à dire l'empire des morts en puissance, pour faire émerger une humanité nouvelle, certainement moins nocive que l'ancienne.
Comme vous voyez, le thème de l'apocalypse  manifeste une grande vigueur encore aujourd'hui, se ressourçant, tel Antée jadis, aux nuisances contemporaines.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu