l'An 7860 de l'Ere chrétienne - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

l'An 7860 de l'Ere chrétienne

les oeuvres > L'ENTROPIE PROGRESSE...

L’An 7860 de l’ère chrétienne par Henri Le Hon, pp.155-172, extrait de la revue trimestrielle, XXVIIème volume, septième année, tome troisième, Bureau de la revue trimestrielle, Bruxelles, juillet 1860. nouvelle d’expression française
1ère parution : 1860
l’entropie progresse...

Henri LE HON

(1809-1872) Belge. Archéologue, paléontologue, membre de la Société Géologique de France. Professeur à l'Ecole Militaire de Bruxelles. A écrit un ouvrage qui a fait date: "l'Homme fossile en Europe."

Le Docteur invite le narrateur à rendre visite en sa compagnie à la marquise de C…, frappée par une curieuse forme de catalepsie et capable, selon lui, par moments, d’être en contact métapsychique avec des vérités «magnétiques » qui évoqueraient le futur de l’humanité. Lors de leur arrivée, l’un des domestiques leur annonce que la marquise est en pleine crise. Tandis que le médecin essaye de pallier les atteintes du mal, le narrateur transcrit fidèlement les propos de la marquise.
A travers une poignante vision de l’avenir s’ouvrent les destinées du genre humain : le globe a été remodelé par une immense subduction des océans. Le Danemark a disparu ainsi que la Hollande mais l’œuvre de l’homme n’en continue pas moins. L’Europe se déverse sur l’Afrique et comme les terres sont rares, de vastes radeaux, des cités flottantes accueillent des foules innombrables. L’Inde et la Chine dominent le monde asiatique. La Science a imposé une paix universelle, la médecine, le confort en tous domaines, la domestication de la géothermie, la navigation par aérostats, l’emploi généralisé de l’électricité. L’espèce humaine est encore la triomphatrice du monde. Mais plus loin dans le temps, d’autres menaces se profilent : des cités ont disparu (dont la ville de Paris), les eaux gagnent à nouveau, imposant une émigration des masses humaines vers le Sud ou vers les points élevés du globe, les guerres se rallument pour la possession de sites privilégiés :
« Une clameur immense court sur les monts : la débâcle polaire !!!…Les dernières masses océaniques se précipitent sur l’Europe !… Aucun langage humain ne peut exprimer l’horrible majesté du cataclysme… Sur les versants méridionaux des Alpes, la violence des eaux est sans bornes… Lutte formidable entre l’océan et le géant de granit… les masses aqueuses, gonflées par la résistance, s’élancent dans les vallées avec une fureur nouvelle… Des quartiers de montagnes s’écroulent et leurs débris granitiques sont roulés et broyés par les eaux, avec le bruit effroyable que produiraient cent tonnerres souterrains !!… Depuis les temps bibliques, rien de pareil n’a frappé l’oreille humaine… »
Nous sommes en 7860 de l’ère chrétienne.

Une petite nouvelle méconnue, surprenante par sa densité et la justesse de ses extrapolations.

illustration de pulps d'une ville envahie par les glaces
au sein des diférents cataclysmes futurs, la ville envahie par les glaces.
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu