l'Afrique se refroidit - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

l'Afrique se refroidit

les oeuvres > MENACES CLIMATIQUES

L’Afrique se refroidit par Jean Dangery, Ferenczi et Cie éd., 1940, coll. « Voyages et aventures » N°341, 1 fascicule broché de 64 pages. couverture illustrée par Armengol.  roman d’expression française.
1ère parution : 1940
menaces climatiques

Jean DANGERY

Aucune référence précise, sinon qu'il s'agit d'un écrivain français, travaillant dans le champ de la littérature populaire (romans d'aventures, sentimentaux, de science-fiction) et aparaissant chez Ferenczi (notamment) dans la collection "Voyages et Aventures". C'est tout, et c'est bien peu.

Josette, sa petite chérie, rejoint Claude Rancy, son fiancé, qui travaille avec son futur beau-père M. Duclos, au Dahomey, dans une exploitation forestière. Elle est contente de se livrer au balancement du hamac porté par la petite troupe de nègres, libérée des harcèlements de l’odieux Wezner qui l’a poursuivie de ses assiduités tout au long du trajet. S’enfonçant dans la forêt équatoriale, avec ses charmes et ses dangers, le groupe ressent  un froid inhabituel qui tombe la nuit et se transforme en gel au petit matin. Que se passe-t-il donc ? Surtout que Josette, après avoir failli passer dans la gueule d’une panthère est enlevée mystérieusement. Claude, fou d’angoisse, s’acharne à la retrouver mais tombe sur une tribu hostile aux Blancs qu’elle rend responsables du froid subit. Fait prisonnier, Claude est destiné à finir sur un bûcher (les Blancs qui brûlent dégagent beaucoup de chaleur, c’est bien connu !) Sauvé in extremis par M. Duclos, averti par Josette qui a réussi à se libérer de ses agresseurs (dont l’horrible Wezner), le jeune homme ressuscite dans les bras de sa belle. Et le froid dans cette histoire, d’où provient-il ? En toute simplicité, d’une machine « électro-frigorifique basée sur la force des marées » , inventé par deux ingénieux ingénieurs anglais Smiththaw et Blackfair, destinée à abaisser la température de certains climats tropicaux qu’ils estimaient trop élevée, en projetant des « ondes réfrigérantes » à très grande distance. Pas de chance pour eux cependant,  parce qu’ils furent massacrés par la tribu mentionnée ci-dessus  et leur appareil réduit en pièces. Ce qui fait dire à M. Duclos :
« Ils ont révolutionné… mais pas ce qu’ils croyaient ! Ce qu’ils ont mis sens dessus dessous, ce sont les pauvres Noirs, transis, grelottants, rendus malades et furieux par ce froid du diable ! Et ils ont failli provoquer des catastrophes ! Soulèvement, incendies !... Heureusement le cauchemar est terminé à présent, puisque la maudite machine est détruite et tarie la source du froid ! Pour une fois les sorciers ont raison de prétendre que les inventions des Blancs sont des inventions maléfiques. »
Une histoire d’aventures exotiques sur laquelle se greffe un élément cataclysmique. Pas de quoi provoquer le grand frisson !


couverture du fascicule "l'Afrique se refroidit"
couverture du fascicule - seule édition connue
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu