Jason Muller - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Jason Muller

les oeuvres > GUERRE DES SEXES, MATRIARCAT

Jason Muller, récits des temps post-atomiques, par Auclair (dessinateur), Gir et Linus (scénaristes), Humanoïdes associés éd.», 1980,  coll. « Eldorado », 1 vol. cartonné, in-quarto, 44 pl. couleurs, bd d’expression française
1ère  parution : 1975
sociétés post-cataclysmiques 1guerre des sexes, matriarcat


Claude AUCLAIR

(1943-1990) Beaux-Arts de Nantes, régisseur de théâtre, voyage en méditerranée. Illustrateur. Dessinateur et scénariste français de bandes dessinées. S'intéresse à la science-fiction et au monde celte. Dessin réaliste. De sensibilité écologiste, humaniste et utopiste. Collabore à Pilote, Tintin, A Suivre. Grand intérêt pour Alain Stiwell.

Préfiguration de «Simon du fleuve», «Jason Muller» s’ouvre sur une série de petits récits post-cataclysmiques. La civilisation moderne, bouleversée par l’atome, a disparu. Subsistent encore des enclaves technologiques, dont celle de Mont-Verne, où opère Jason, à la recherche d’individus évolués en des sociétés retournées à la culture de la terre et au nomadisme.
Jason pilote l’unique barge anti-G qui permet un déplacement rapide par la voie des airs. Mais par pour longtemps. Un organisme extraterrestre, ramené malencontreusement d’une expédition planétaire antérieure, a prospéré dans l’atmosphère terrestre. Comme il menace des nomades, Jason le détruit en y laissant son engin volant. Il pourra retourner à Mont-Verne grâce à une fusée découverte au centre du village nomade.
Dans le deuxième épisode, Jason Muller lutte contre un soi-disant dieu qui guérit et fait des miracles. En réalité, avec ses acolytes, celui-ci espère asservir les nomades attirés par sa réputation et ses médicaments retrouvés dans les ruines de Paris. Jason démasque les oppresseurs, défait la bande des malfrats, s’attirant la sympathie des nomades.
Le chef de Mont-Verne est relevé de ses fonctions par une nouvelle hiérarchie militaire qui veut une action plus musclée à l’encontre de nomades réfractaires. Lors de l’attaque d’un camp, Jason prend leur défense. Mis à pied, il sera exclu de Mont-Verne.
En déplacement solitaire dans le sud de la France, le long d’une autoroute détruite, il arrache d’abord Lise des griffes d’une bande de soudards, puis l’ensemble d’un groupe de nomades. Il les mène en un lieu sûr où ils pourront s’établir.
Le dernier épisode ne concerne pas Jason Muller. Dans Paris envahi par la végétation, deux hommes pistent une jeune fille dont il espère faire un partenaire sexuel. Elle les mène dans un piège où, capturés par ses consoeurs, ils termineront leur vie dans une « fosse aux mâles », rendus responsables par ces dames de la détresse du monde actuel.
«Jason Muller», annonce par le trait vigoureux et la philosophie écologiste d’Auclair, sa haine de l’oppression et de la technologie qu’il développera plus longuement dans «Simon du fleuve »


couverture de l'album "Jason Muller"
couverture de l'album version cartonnée
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu