Jadis, Chicago - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Jadis, Chicago

les oeuvres > SOCIETES POST-CATACLYSMIQUES 2

Jadis, Chicago par Jim Harmon, pp.106-135, in «Galaxie» N°31, 2ème  série, nov. 1966, 155pp. couverture illustrée par Mc Kenna. nouvelle d’expression anglaise (USA)
1 ère  parution : 1962  titre original : The place where Chicago was.

sociétés post-cataclysmiques 2


Jim HARMON

(1933-2010) Américain. Ecrivain et historien de la culture populaire. A écrit une cinquantaine de nouvelles de SF dans les pulps et reprises dans diverses anthologies. S'est aussi intéressé à la radio en tant que média.

Danniels est un « Jonas », reconnaissable à ses cheveux verts, en route vers la ville de Chicago, une zone franche subsistant dans une région climatiquement perturbée par d’anciennes explosions nucléaires.
Nous sommes en 1988 et la terre n’est plus la même qu’avant. Pour mettre définitivement fin à une guerre qui dépeuple le monde, les sociétés ont crées les ondes encéphalographiques qui empêchent tout être vivant d’en tuer un autre. Seul des simulacres de guerre peuvent encore se dérouler en certains lieux et les soldats pris à y participer sont exclus de toute vie civilisée, devenant des parias ou des « Loups », vivant en meutes, poursuivis par un désir de meurtre inassouvi, reconnaissables à leurs cheveux peints en vert : ce sont des « Jonas ». Incidemment, l’humanité y a gagné une famine perpétuelle car elle ne peut pas non plus tuer des animaux ou des végétaux pour se nourrir!
Danniels a quitté la meute pour pénétrer dans la cité ancienne de Chicago. Grâce à une jeune femme, Julie Ambers, qui montre de la pitié à son égard, il espère travailler à résorber la famine endémique dans le monde. Quoique bien accueilli à Chicago et installé dans un laboratoire, Danniels échouera dans son projet mais une voie nouvelle lui sera suggérée par Lucie et Joêl, tous deux membres d’une même meute de Loups.Ces derniers connaissent l’existence d’une réserve de bombes H, susceptibles, de par leur puissance, d’anéantir définitivement un monde à la dérive.
Ils espèrent s’en servir, les faire exploser suffisamment haut dans l’atmosphère pour détruire toutes les stations d’ondes encéphaliques et permettre à la terre de prendre un nouveau (et dangereux) départ.Danniels, tout en activant l’arsenal et en luttant contre Joêl, découvrira qu’il peut garder son libre-arbitre, puisque même sans les ondes,  il se refusera à tuer son adversaire. Ainsi les hommes mangeront à leur faim et pourront aussi faire le choix de ne plus s’entretuer !
Une nouvelle ambiguë, embrouillée, lourde et heureusement courte. Le message moralisateur appuyé tue le plaisir du lecteur qui a déjà bien du mal avec l’intrigue.


couverture du N°31 de la revue "Galaxie" 2ème série
Numéro de la revue "Galaxie" dans lequel a paru la nouvelle
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu