Feu du ciel - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Feu du ciel

les oeuvres > MENACES COSMIQUES

le Feu du ciel par Pierre Dominique (alias Docteur Luchini), pp.37 –168, in " les Œuvres libres " N°58, Arthème fayard éd., 1926, revue in-12 ème , 382 pp. ( paru également sous le titre : "  …Selon St Jean ") , Grasset éd., 1927,  1 vol. broché, in-12 ème ,265 pp. couverture illustrée par P. Salvat . roman d’expression française
1 ère  parution : 1926
menaces cosmiques


Pierre DOMINIQUE

(1889-1973) De son vrai nom Dominique LUCCHINI, docteur en médecine. Ecrivain, journaliste, pamphlétaire français. Très engagé à droite (Action Française de Maurras). Devint directeur de l'Office Français d'Information durant la guerre. Anti-nazi viscéral. A écrit de nombreux ouvrages historiques, pamphlets et romans. A collaboré au Crapouillot et à Rivarol dont il devint le rédacteur en chef. Prix de la Société des Gens de Lettres.

Savigny le romancier et sa femme Madeleine, Chevrillon le député, Mérindol le compositeur, Lydia Féline l’actrice et Cormier l’astronome forment un petit groupe d’amis réunis à Savigny, dans un propriétée près de Mantes sur les bords de la Seine, pour y goûter quelques jours de vacance, qui seront aussi leurs derniers. En effet, une comète énorme fonce vers la terre et, selon les calculs de Cormier ainsi que d’autres astronomes, elle heurtera la terre de plein fouet. Ce sera l’apocalypse :
" - Je répète, dit Cormier. Diamètre supérieur à celui de la Terre. Densité du noyau considérable, contrairement aux autres comètes. Au lieu de quelques millions de tonnes, celle-là doit en peser quelques centaines de millions. Vitesse formidable : 6 500 000 kilomètres en vingt-quatre heures ; courbe de rayon immense, ce qui laisse supposer que si la Comète est déjà arrivée dans le voisinage de notre planète, c’est il y a quelques milliers d’années (…) Evidemment le choc serait effroyable et, indépendamment des bouleversements atmosphériques, il faudrait compter avec la chute d’innombrables aérolithes, peut-être de masses d’une prodigieuse grosseur. Probablement y aurait-il aussi des tempêtes, des cyclones, et puis des chocs électriques formidables. Oui, sans doute. Et puis les gaz ! Car les gaz disséminés dans la tête, la chevelure et la queue envelopperaient un instant la boule. Parviendraient-ils à tuer la vie, toute la vie ? La course de la Terre dans l’espace serait-elle changée ? Son écliptique varierait-elle ?"
Les événements s’enchaîneront rapidement, en trois jours, le choc devant avoir lieu jeudi soir vers les 9h 30 minutes. Or, nous sommes le mardi. Durant ce laps de temps le comportement, les attitudes, les visions du monde respectives des personnages se délitent et l’auteur, à travers les réflexions cyniques de Savigny, trace le tableau fidèle de la dégradation des rapports humains. Quant aux événements extérieurs, ils ne sont mentionnés qu’à de brefs moments :
" Malgré la censure rétablie sur toute la Terre, l’ordre était difficilement maintenu. Ca et là, des essais de mouvement révolutionnaires avaient déjà eu lieu. La peur, la vieille peur ancestrale retenait encore les gens. On sentait bien, en effet que, dès qu’ils auraient la certitude de la fin, les gens se rueraient les uns sur les autres, les pauvres sur les riches, les hommes sur les femmes et qu’une orgie, un pillage, un vol, un viol, un meurtre général commencerait et que les soldats et les agents seraient les premiers à lâcher pied pour goûter tout leur plaisir avant de mourir. "
Le plus souvent l’analyse ne mentionne que la réaction apeurée des paysans du village alentour qui ne comprennent rien aux événements jusqu’à leurs derniers instants. Cette tragédie est servie, comme il se doit, par l’unité de temps, de lieu et d’action. Savigny surprend l’aventure de Madeleine avec Chevrillon, qu’il déteste. Désirant passer ses derniers instants de vie avec sa femme, bien qu’elle ne l’aime plus, il n’admet pas que Chevrillon puisse l’en priver à  ce moment-là. Il suit le couple et, au bord de la falaise, tue Chevrillon d’un coup de révolver quand il les surprend en pleine infamie dans une grotte. Madeleine blessée est ramenée au bercail par Savigny. Le temps passe vite. Le curé du village, Vandresse, consulté par les protagonistes cite l’apocalypse de St Jean et se réfugiera auprès de Savigny lorsque des paysans dans leur excitation et leur athéisme voudront s’en prendre à lui. L’atmosphère sociale se transforme, les masques tombent, les rôles se défont. Savigny reste fidèle à lui-même et envisage même une explication astucieuse quant au sens de la catastrophe :
" - J’avoue, dit Savigny, que si nous étions, nous, les hommes, le cerveau de la terre, il serait aussi laid de voir ce balbutiement agonique que d’assister aux dernières éructations d’un paralytique général. Mais nous ne sommes pas sûrs de cela. Il se peut que des millions d’autres soleils aient chacun leurs Terres, sensiblement constituées, éclairées, chauffées comme la nôtre et possédant une vie qui, par endroits, peut être intelligente. Il se peut donc que le cerveau du Monde soit beaucoup plus vaste que nous ne le pensons et que nous n’en formions qu’une cellule. Dans cette hypothèse, le désastre auquel nous assistons ne serait qu’un petit coup d’apoplexie, tout juste. Et après-demain le monde serait guéri… "
Elise, la bonne de la maison, se promène toute nue, aguiche tout le monde,  ne pense qu’à la jouissance pour quitter ce monde en une frénésie orgasmique. Personne ne reproche à Savigny son meurtre. Au village, les exactions plus nombreuses, les viols, les débordements orgiaques, les scènes insanes se suivent et s’amplifient à l’instar de ce qui se passe dans le reste du monde. Les villes brûlent et se vident de leurs habitants qui pensent trouver un refuge près de la mer ou dans les montagnes. Vains efforts puisque la comète au noyau dense et au diamètre plus important que celui de la terre n’épargnera rien, ni personne.
Cormier, en une attitude hypnotique et compulsive, calcule inlassablement la trajectoire de la comète. Mérindol espère encore avoir le temps de mettre en musique des extraits de l’Apocalypse de St jean. Quant à Lydia, elle se décompose littéralement et, comme une poupée inerte, dort ou geint. Seul Savigny, dans son désespoir lucide, et le curé Vandresse, dans sa certitude, sont prêts à affronter les ultimes instants. Des phénomènes très inquiétants se font sentir lorsque la comète devient visible et éclipse la lumière de la lune. Des vents subits, des pluies de cendre, une sécheresse inhabituelle et des tremblements de terre provoquent les premiers morts. Madeleine s’échappe de la maison pour mourir près du cadavre décomposé de son amant. La villa de Savigny est attaquée par les gens du village, mais le propriétaire arrive à en défendre l’entrée. Les animaux, même sauvages, sentant que quelque chose d’inhabituel se passe, se réfugient près de la maison :
" Une des choses les plus touchantes de ce début de nuit fut la grande peur des animaux. Dans le pays, depuis deux jours, les animaux se rapprochaient des hommes. Non seulement les familiers, mais le lourd bétail domestique et même les animaux sauvages. Les oiseaux se jetaient dans les maisons et, les bœufs, les moutons, beuglaient ou bêlaient aux portes. "
Jeudi après-midi, les troubles prennent une dimension dantesque. De l’électricité statique crépite à la surface du sol, les étoiles sont éclipsées par l’ombre noire, menaçante, de la comète toute proche :
" La terre maintenant n’était plus qu’une effroyable plaine blanche qui luisait si bien qu’à l’orient elle se confondait avec le ciel. De brusques vents couraient comme des foudres entre les éclairs et les grondements. De hautes fumées montaient de vingt points de l’horizon incendiés par la foudre. La réverbération commençait d’être insoutenable. De temps en temps une traînée d’ombre se produisait du côté de la chevelure et la queue entière avait de brusques changements d’éclat. "
La campagne se dessèche, la terre se meurt. Bien que le choc soit imminent aucun protagoniste ne le subira. Ils mourront tous asphyxiés préalablement par les gaz cyanhydriques présents dans la queue de la comète : " Il (= Savigny) entendit, mais de très loin, la voix pure de Mérindol monter comme une espérance, trouer un bruit de plus en plus formidable. Devinant que le noyau de la Comète atteignait enfin l’atmosphère terrestre, il perçut : - Et il y eut de nouveaux cieux et une nouvelle terre. Et la voix se rompit avec le Monde. "
Un récit réaliste, pur roman - catastrophe, qui relate heure par heure, le déroulement du processus de mort. L’auteur, en écrivain consommé, s’attarde sur les effets de la catastrophe, et l’impact psychologique  d’un événement unique.


couverture du roman "...Selon St Jean" (le Feu du ciel)
couverture de la 2ème édition du roman
 
Retourner au contenu | Retourner au menu