Expédition de secours - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Expédition de secours

les oeuvres > FINS DU MONDE, FINS DE L'HUMANITE

Expédition de secours par Arthur C. Clarke, pp. 11-46, in «Demain moisson d’étoiles», Denoël éd., coll. «Présence du futur » N°36, 1 vol.broché,  in-12 ème, 213pp. recueil de nouvelles. nouvelle d’expression anglaise (GB).
1 ère parution : 1956      titre original : Reach for tomorrow
fins du monde, fins de l’humanité


Arthur C. CLARKE

(1917-2008) Ecrivain anglais de science-fiction. Romancier, nouvelliste. Dans la R.A.F. durant la guerre, améliora la nouvelle invention du radar. Diplômé de l'université de Londres. Président de la British Interplanetary Society. Ecrivain à plein temps. La célébrité l'atteint avec l'adaptation par Kubrik de sa nouvelle (devenue roman et série) "2001, Odyssée de l'espace". L'un des tenants de la hard science (série des "Rama") A écrit nombre de romans (seul ou en collaboration) et de nouvelles. A participé au concept de satellite géo-stationnaire. A habité au Shri-Lanka.



Un groupe d’extraterrestres, aussi divers physiquement et mentalement que puissants technologiquement, ont une mission précise : assister à l’explosion d’une nova en ce bras écarté de la galaxie, explosion qui anéantira toutes les planètes de ce système y compris, et surtout, la troisième,  où ont été découverts récemment les signes d’une civilisation. Pour cela, ils ont un délai d’une heure, délai largement suffisant pour leur permettre de recueillir et d’accueillir à bord de leur vaisseau quelques centaines de survivants.
Arrivés sur les lieux, Alveron, le capitaine du vaisseau L. 9000 préconise deux groupes d’intervention, en deux directions différentes : celui de Torkalee et celui d’Alarkane. Des preuves indéniables d’occupation récente seront rapidement établies, mais la ville est vide de ses habitants. Partout, des émetteurs alignés selon une direction précise semblent encore en fonctionnement. Le groupe de Torkalee se fait piéger dans un métro souterrain qui l’entraîne vers d’autres centres urbains, eux aussi désaffectés. L’appareillage est automatique et le temps presse pour Alveron. Aussi, faut-il abandonner la mission de sauvetage, sauver ses partenaires et quitter au plus vite ces lieux instables, l’explosion de l’étoile étant imminente. Une course contre la montre, mobilisant les esprits collectifs de la race des Paladoriens permet, en tranchant dans les milliards de tonnes de roches comme en un vulgaire gruyère, de procéder à l’évacuation du groupe de Torkalee. Il était temps: le soleil se transforme en nova, engloutissant cette planète, c'est-à-dire la Terre:
"A leurs pieds, le continent sombrait doucement sous les vagues, hautes d’un kilomètre, qui montaient à l’assaut des côtes. Le dernier spectacle que devait offrir la Terre était celui d’une grande plaine baignée par la lumière argentée d’une lune extraordinairement brillante. Inondant sa face, des masses d’eau déferlaient, flot scintillant sur une chaîne de montagne lointaine. La mer avait remporté sa victoire finale, mais son triomphe serait de courte durée car, bientôt, ni la mer ni la terre n’existeraient plus. A l’instant même, où, dans la salle de contrôle, le groupe silencieux observait la destruction qui s’opérait sous eux, la catastrophe infiniment plus grande, dont celle-ci n’était que le prélude, vint tout à coup s’abattre sur eux.
C’était comme si l’aurore se fût brusquement levée sur ce paysage de clair de lune. Mais ce n’était pas l’aurore : ce n’était que la lune elle-même brillant avec l’éclat d’un second soleil. Pendant à peu près trente secondes, cette lumière effroyable, surnaturelle, incendia sous leurs pieds la contrée désolée. »
cependant, le mystère reste entier : où sont passés tous les habitants de cette planète ? C’est alors que Rugon, le préposé aux communications, a une idée lumineuse : et si l’on suivait les directions  indiquées par les émetteurs disposés en batterie? Très rapidement, leur ténacité est récompensée. Ils aperçoivent au loin, dans l’espace profond, une masse nébuleuse qui, de plus près, se décompose en une myriade de vaisseaux interstellaires enfermant en leurs flancs la totalité de la race terrienne à la recherche d’un asile. Les extraterrestres sont confondus devant l’ingéniosité de ces êtres, qui, avec des moyens frustes, ont sauvé les leurs.Que n’arriveraient-ils pas à faire plus tard, se dirent – ils avec inquiétude.
Une nouvelle nous entraînant jusqu’à l’extrême limite de la possibilité de vie sur une terre condamnée,  et pourtant remplie d’optimisme quant à l’avenir de la race humaine.


couverture du recueil de nouvelles "Demain, moisson d'étoiles"
le recueil chez Denoël dans lequel a paru notre nouvelle
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu