Dans le regard des miens - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Dans le regard des miens

les oeuvres > EPIDEMIES

Dans le regard des miens par Pierre Bordage, pp.93- 106, in « 10 façons d’assassiner notre planète », Flammarion éd. 2007, coll. « Tribal », 1 vol. broché, in-12 ème , 142pp, couverture illustrée par Sébastien Pelon. anthologie. nouvelle d’ex-pression française
1 ère  parution : 1972
épidémies


Pierre BORDAGE

(1955-) Ecrivain français de science-fiction. Après une vocation religieuse avortée, une recherche  de la spiritualité  orientale, différents petits métiers qui lui permettent de vivre, il perce dans l'écriture. Redonne un nouveau départ à la SF française. Ecrit de très nombreux romans à base de space-opera, d'héroïc-fantasy, nourris par les mythologies et les épopées. Ses thèmes (non exhaustifs) sont l'humanisme, les jeux du pouvoir, le dépaysement. Méconnu par la nomenklatura littéraire de l'establishment  française, il est récompensé par de nombreux prix et profondément impliqué dans l'avenir de ce genre populaire.

De retour de Téthys, une planète colonisée à seize  années-lumière  de la Terre, le narrateur, qui y a fait fortune, revient sur sa terre natale, retrouver les siens pour leur prouver que, contrairement  aux sinistres prédictions familiales, il n’a pas démérité.  
A son arrivée, de la zone d’atterrissage jusqu’à Blois où vit sa famille, il constate que tous les processus sont automatisés : nul être vivant autour de lui. De même, la nature lui apparaît plus sauvage, la couverture végétale plus dense. Chez lui, sa maison a disparu. C’est comme s’il était seul au monde. Soudain une « chose » apparaît et lui parle :
« C’était un amas de chair et de poils d’environ un mètre de hauteur et deux mètres de longueur, qui ne semblait avoir ni queue ni tête, ou, plus exactement, une multitude de queues et de têtes. J’ai entrevu deux éclats entre deux tentacules, les yeux sans doute, au-dessus d’une cavité béante, qui était peut-être une gueule, et d’une excroissance allongée qui ressemblait vaguement à un mufle. »
Cette chose lui dit qu’elle est sa nièce chargée de l’accueillir, que la « transgénose », un programme génétique destiné à éradiquer les maladies chez les humains,  l’avait changée, ainsi que tous les autres,  et qu’ils vivaient désormais sous terre. Le narrateur repart, désespéré, vers Thétys.
Une belle nouvelle à la chute inattendue pouvant porter en bannière la maxime de Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Et nous ajouterons : « et du corps».


couverture de l'anthologie "10 façons d'assassiner notre planète"
couverture de l'anthologie présentant notre nouvelle
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu