Ciel de cuivre - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Ciel de cuivre

les oeuvres > DISETTE D'ELEMENTS

Ciel de cuivre par Henri Suquet, Alsatia éd., 1949, coll. "Signe de Piste ", 1 vol. broché, in-12ème, 188pp. couverture illustrée.  roman d’expression française (paru sous trois titres différents et en trois éditions différentes : 1. La guerre des forces, in " Jeunesse-magazine N°9 à 14 du 26/2 au 2/4 1939, illustré par Pellos ; 2. Panique sur le monde, éd. du Clocher, coll. " Pour la Jeunesse " N°20, 1942; 3. Ciel de cuivre, éd. Alsatia, 1949 (notes par Philippe Wadbled in " le Bulletin des Amateurs d’Anticipation Ancienne " N°29, 3 ème  trim. 2002
1ère parution: 1939
disette d’élémentsmenaces idéologiques


Henri SUQUET

(1902-) Ingénieur des Travaux Publics de l'Etat. Goût affirmé pour la littérature et le scoutisme. Radio-amateur. A appris l'écriture en autodidacte.

Le " Directeur des Forces " Hartman-Weiler a de quoi être satisfait. La Terre est unie dans le village planétaire cher à Mac Luhan selon la pensée unique et par une seule énergie appelée " les Forces ". Un Directoire de cinq représentants des cinq continents avec à leur tête Hartman-Weiler, a pour tâche de veiller à la pérennité du monde. Tout semble aller pour le mieux mais des relents de  "Métropolis " traînent dans l’ouvrage. Il y a la population d’En-Haut, ceux qui contrôlent les Forces  et qui gouvernent, et la population d’En-Bas, les travailleurs et camarades prolétaires. Enfin, entre les deux classes ... le scoutisme!
Marianna, la propre fille du Directeur mondial est une cheftaine scoute (toujours prête!), entièrement dévouée à travailler pour l’amour du prochain, de Dieu, et pour celui de Chef Dominique Loup, le scoutmestre qui règne sur l’île de Ceylan, la seule qui soit restée isolée des Forces :
"Tous ceux que lassait l’immense bourdonnement de la ruche humaine, tous ceux à qui pesait le lourd écrasement des Règles et des Lois, ceux qu’inquiétaient la Science prodigieuse, et les vols étonnants, et les extraordinaires vitesses, ceux qu’un sursaut dégageait des Obligations de Séjour, les rêveurs, les bâtisseurs d’Idéal, ceux pour qui la beauté dépassait toute fortune, songèrent à l’Ile heureuse et naviguèrent vers ses grèves... "
Hartman-Weiler n’aime pas l’option prise par Marianna. Bientôt d’autres soucis le submergent. Régulièrement depuis quelque temps, à 19h  35 minutes, les Forces disparaissent, déclenchant une crise énergétique de première importance: les avions tombent et les usines s’arrêtent de fonctionner. Des troubles sociaux, fomentés par quelques meneurs, éclatent à cette occasion. Marianna tente en vain d’apporter la bonne parole à ceux d’En-Bas:
" N’en étaient-elles pas preuve les exactions commises par ces hordes, montées des Fonds, qui, franchissant sur un conglomérat de victimes les zones d’action des Rayons Paralysants, étaient parvenue dans les Hauts, avaient pris d’assaut les Centres Publics, puis, transformant en esclaves antiques leurs occupants, attendaient, en une barbare débauche, l’anéantissement final du Globe? "
En dépit de sa puissance mentale supérieure, Hartman- Weiler n’arrive pas à comprendre où se dilue l’énergie des  Forces. Une des conséquences de cette déperdition est la formation au-dessus des continents d’un "ciel de cuivre " qui éclate en orages titanesques. Marianna, avec l’aide de ses amis scouts, dans son petit avion et au péril de sa vie, rejoint Chef Dominique Loup à Ceylan pour lui faire part - puisque l’île est isolée du reste du monde - du danger encouru par la terre:
" -Qu’est ce que vous dites? Elle expliqua: -Depuis huit jours, tous les soirs, les Forces s’évadent. Personne ne sait comment le phénomène se produit. Brusquement, elles ne sont plus là, et cependant la Centrale tourne à pleine puissance...
Il répéta sans comprendre encore: -Qu’est ce que vous dites?...
Elle continuait, vite, comme cherchant à tout révéler avant son épuisement complet: Alors, tout se détruit petit à petit..., des révoltes sont nées dans les Zones Inférieures. Chef Pierre y a emmené le Groupe pour continuer la mission de dévouement dont vous nous aviez chargés. Mais ce sont des foules immenses, exaspérées... Cela peut devenir terrible... Il m’a dit de tout vous raconter... Il demande de l’aide... Il vous alerte pour les autres scouts de la Terre... Blanche dans la nuit claire, accoudée au rebord de la machine de ses deux bras en croix, elle semblait une martyre offerte au sauvetage du Monde. "
Or,  par une merveilleuse coïncidence, chef  Dominique Loup dont la passion est l’astronomie, a remarqué une activité électrique suspecte sur Io, l’un des satellites de Jupiter. L’évidence s’impose à lui: l’énergie terrestre est captée par des Ioniens -dont on ne saura strictement rien par ailleurs - qui plongent la terre dans le chaos. Il charge notre cheftaine intrépide d’aller rapporter cette précieuse information à son dictateur de père, fût-ce au péril de sa vie et pour la gloire de Dieu. Marianna, toujours prête, repart vers l’Europe dans son petit avion. Lors d’un énième bouleversement atmosphérique, elle s’abîme en mer, non sans avoir communiqué par radio l’effarante nouvelle à Hartman-Weiler:
" -Allo! H24 P, Avez-vous entendu Centrale? Réponse: Directeur au Directoire nations siégeant permanence cause évévements. Doit-on prévenir? Elle eut, dans sa solitude, un sursaut de joie: la liaison s’établissait. -Z4D de H24P: Oui, toutes affaires cessantes... Urgence extrême. Désirerais relations directes. -Allo! Centrale Forces? Ici z4D.Appelez Directeur immédiatement. Cherchez réception directe H24P... Marianna Hartman-Weiler... "
Le papa dictateur fait fonctionner son génie : pour organiser la riposte il est impératif, au préalable, de faire taire les ambitions prolétariennes. Ensuite, il suffit de submerger les Ioniens d’un afflux énergétique si massif que, n’arrivant à l’absorber en sa totalité, ils se fassent sauter. Dont acte. Le péril écarté, la fin du monde remise à demain, la révolution avortée, Hartman-Weiler se résoudra à mourir paisiblement (cette histoire nous étant racontée en flash-back par un Dictateur sur son lit de mort) dans la paix de Dieu retrouvée grâce au sacrifice héroïque de sa fille.
Un roman mal écrit, mal composé avec des intrigues parallèles qui courent sans jamais se rejoindre, au message réactionnaire. Il est une insulte à la littérature romanesque, dessert à la fois la cause de la science-fiction et celle du scoutisme.  Puissent les mânes de Henri Suquet rester dans les limbes littéraires dans lesquelles elles baignent jusqu’à aujourd’hui!


couverture du roman "Ciel de cuivre"
couverture du roman paru aux éditions scouts "Alsatia"
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu