Bref rapport sur une très fugitive beauté - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Bref rapport sur une très fugitive beauté

les oeuvres > EPIDEMIES

Bref rapport sur une très fugitive beauté par Jérôme Leroy, Les Belles Lettres éd., 2002, coll. " Le Grand Cabinet Noir ", 1 vol., in-octavo, 189 pp. couverture illustrée  par Cynthia Pringle.  roman d’expression française
1ère  parution : 2002
épidémies


Jérôme LEROY

(1964-) Etudes de lettres. Professeur de français vivant aujourd'hui de ses écrits. Romancier, nouvelliste, poète, critique. A dirigé des collections (Novella SF) Mélange les genres:  roman noir,  policier et  la science-fiction. Thème de prédilection: un monde courant à sa perte, une société détruisant l'homme. De sensibilité de gauche il est paradoxalement critique dans des journaux de droite.

" Sueur de sang pour tout le monde
La Rouge a commencé Sa ronde

La défense immunitaire

A fait son temps sur la Terre
Marburg ou bien Lhassa
Ebola ou bien Hanta
Sueur de sang pour tout le monde
La Rouge a commencé sa ronde…. "
La Ville (Paris ? Lille ?) en un futur proche. Les Régions se sont substituées aux Etats européens. La FPE (Police Fédérale Européenne) patrouille dans un centre urbain pollué, où l’on se déplace dans une chaleur écrasante, avec un masque sur le nez, sillonnée par le JBE (Jeunesses Bénévoles Ecologistes) :
" Il allait franchir le pont quand deux gamins de douze à treize ans, vêtus de combinaisons vertes et de lunettes noires identiques vinrent à sa rencontre. -Monsieur, nous sommes les Jeunesses bénévoles écologistes. Il est interdit de fumer dans la rue. Vous donnez un exemple déplorable, vous incommodez vos contemporains et vous nuisez à votre propre santé au risque de faire déraper les dépenses de santé. Nous allons vous dresser un procès-verbal que vous voudrez bien venir régler sous quinzaine à la permanence JBE de la rue MontBrun. - Petits cons.  La paire de baffes, sonores, fit se retourner les passants. "
L’on y trouve des quartiers préservés à l’ancienne pour les très riches, comme la Haute Ville où se situe la Villa Cauchoise :
" Luxe, calme et volupté, voilà ce qu’évoquait le quartier  du Belvédère, manière de cité interdite, d’îlot sacré qui dominait la ville. L’air semblait circuler autrement qu’ailleurs, le silence avait une qualité particulière et les hêtres, les chênes et même les palmiers qui longeaient les avenues ou les chemins privatifs ne semblaient pas souffrir de la canicule et faisaient baigner l’univers dans une lumière vaporeuse et fraîche. "
A l’opposée,  les quartiers " Outers " dans lesquels s’entassent des défavorisés sans ressources, violents et brutaux, n’ayant rien à perdre et qui attendent leur distribution quotidienne d’eau potable acheminée par citernes sous la protection de la FPE.
Les TAZ (Zones d’Autonomie Temporaires), zones de non droit où l’on ne paye pas d’impôts, sont réservées à de puissantes entreprises ou à des sectes écologistes et apocalyptiques comme celle de la " Fraternité des Derniers Jours " à laquelle appartient Régis Roux, le tueur.
Enfin, les FAF (Forces Armées Fédérales) sont toujours prêtes à entrer en action. Ce jour qui se lève sera un jour de destruction et de haine et se terminera par l’annihilation totale des Régions Européennes. Ce sera le jour de " la Rouge ", une épidémie foudroyante qui se traduit par une "sueur de sang ", qui frappe vite, silencieusement, partout et n’importe qui :
" Je suis là depuis le commencement des temps. Comprenez bien que nous n’avons pas toujours été dangereux, qu’il y eut même dans votre sinistre histoire des périodes où nous restions là, paisibles, à regarder la beauté de votre monde. Mais parfois, souvent même,  votre monde devient laid. Vous défigurez les paysages, vous crevez le sol pour trouver de l’énergie. Vous profanez vos océans, vous entassez vos esclaves dans des régions sans soleil, des villes tristes, des logements insalubres. Vous encouragez l’inceste, l’alcoolisme, la toxicomanie ; vous vous nourrissez mal ; vous pensez mal car vous pensez contre vous-même. Et cela vous tue… "
Les personnages du roman tissent leur trajectoire tout au long de cette journée pour se retrouver ensemble, le soir, dans la Villa Cauchoise. Raphaël Villars, le romancier iconoclaste tente de rejoindre son amante, la jeune Amélie, riche et anti-conventionnelle. Traqué par Régis Roux pour une publication qui n’avait pas l’heur de plaire à la Fraternité, il doit la vie sauve à l’intervention de l’agent spécial Canche, son ami.
Incidemment Canche, avant de pouvoir participer à la prestation exceptionnelle de sa fille Juliette qui est une artiste holographique, se donne pour mission de rayer du monde des vivants  " l’Ecorcheur ", un sadique ayant plus de mille meurtres à son actif et allié objectif de " la Rouge ".
L’épidémie hémorragique délite la société. Les Outers en profitent pour envahir la Beaux Quartiers malgré la résistance acharnée des forces FPE. François de Verneuil (dont la fille fait partie du groupe de la Villa Cauchoise), épidémiologiste de réputation internationale se suicide en pleine séance de travail lorsqu’il apprend la nature invincible de " la Rouge " :
" François de Verneuil y croyait-il vraiment ? N’était-il pas, secrètement, bien plus d’accord avec cette jeune génération de médecins qui affirmaient que la plupart des nouvelles pathologies apparaissant aujourd’hui étaient avant tout liées à des facteurs sociaux et environnementaux ?Qu’on ne faisait pas impunément vivre les gens sur trois générations dans un monde entièrement marchandisé, au climat déréglé, à la nourriture trafiquée, où la presque totalité des relations humaines se résumait à des échanges électroniques par écrans interposés. Que les virus, les bactéries, les microbes, sans compter les maladies mentales, étaient autant de réponses psychosomatiques qui ressemblaient à des protestations politiques. "
Comme l’épidémie est impossible à combattre, un cordon sanitaire a été mis en place autour des principales villes touchées. Dans son parcours, chaque personnage aboutit à la Villa Cauchoise où un groupe de jeunes femmes, riches, belles et non-conformistes (les préférées de l’auteur), fêtent la fin du monde à leur manière, en parfaites hédonistes. Hélène Fournier, Adrien Curtiss, Floriane de Verneuil, Amélie, accueillent avec joie Raphaël, l’invitant à se rendre à la séance d’holographie artistique de Juliette. Là, ils participent aux retrouvailles de Juliette et de papa Canche, tout couvert encore du sang de l’Ecorcheur qu’il a enfin piégé.
Un dernier personnage aura une influence déterminante sur la suite des événements. A fin de préserver la civilisation européenne, la généralissime Marie-Rose Diago demande au Maréchal  Italo de Saxe-Coburski de procéder au nettoyage par le feu des régions infectées, cela dût-il coûter très cher en vies humaines.
" le problème est simple, Italo. Ou tu transformes les villes infectées en un cimetière stérile, ou la " Rouge " en aura fini avec la civilisation en moins de douze semaines. Les modélisations informatiques sont formelles. N’écoute pas les politiques, va jusqu’au putsch s’il le faut. "
Les centres urbains seront bombardés par des bombes anti-matière. Seuls survivront, en faisant souche, les doux jouisseurs de la Villa Cauchoise, protégés de la mort par un abri anti-atomique. C’est du moins ce que relateront les chroniques asiatiques, deux cents ans plus tard, étonnées de  découvrir encore une implantation humaine en une Europe dévastée par le fer et le sang.
Un récit bref, dense, hallucinée. Une écriture tendue et nerveuse. Une description naturaliste de la mort de notre société. Nouveau venu dans le domaine de la littérature cataclysmique (mais pas dans le domaine du polar), ce romancier s’établit d’emblée au niveau des meilleurs.


couverture du roman "Bref rapport sur une très fugitive beauté"
couverture de l'édition originale
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu