ARMALITE 16 - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

ARMALITE 16

les oeuvres > MENACES IDEOLOGIQUES


Michel CRESPIN

(1955-2001) Desinateur français de bandes dessinées et illustrateur. Arts Déco à Nice. Amoureux de la montagne, goût de la solitude, sensibilité à la nature, écologiquement engagé. Premières publications dans le magazine Métal Hurlant. S'est considéré comme un "raconteur d'histoires" Cet artiste de grand talent a aussi lutté contre le nucléaire.

Vol.01 : Marseil, Humanoïdes associés éd., 1983, 1 vol. broché, in-quarto, 72 pl. couleurs, BD d’expression française
1 ère  parution : 1979
Le premier chapitre, séparé de son contexte, conte les retrouvailles d’Algues avec Thomas, son père, dans la joie des veillées où l’on se rappelle le temps d’autrefois :
« Tu chantais la chanson du passé
Qui parle d’autoroutes
Et de voitures automobiles
Tu chantais la chanson du passé
Alors j’ai eu envie
De pleurer. »
Dans « Marseil », « Seule » vit avec Joël dans la gare désaffectée de St Rambert, près du Rhône, se méfiant des "Volants" (avions à réaction) de la base voisine. Elle rencontre le déserteur Serge et s’inquiète pour Joël, parti visiter l’un de ces engins abîmés au sol. A juste titre d’ailleurs, puisque Joël, repéré par des cavaliers, est abattu dans une tentative de fuite. Elle se promet de le venger en rejoignant les rangs de la résistance.
A Marseil, devenue cité indépendante, dans le chaos des rues, les résistants doivent rencontrer en toute discrétion le Gouverneur pour un arrangement. Tandis que Serge et Milou approchent de l‘Opéra Municipal transformé en palais, Hélène prend position sur les toits pour les couvrir. C’est Chloé, la propre fille du Gouverneur qui les mène à son père. La Sécurité militaire, ayant eu vent de la tractation, surveille les abords et repère les résistants. Ceux-ci s’enfuient non sans avoir compris que le Gouverneur, qui sollicitait une trêve avec les montagnards, ne pourra rien pour eux, prisonnier lui aussi de la Sécurité Militaire menée par Reboul. Le piège se referme sur un pont au-dessus de la Durance où, toujours couvert par Hélène, Serge et Milou tentent d’intercepter un convoi d’armes qui seraient utiles à ceux des « Terres Extérieures ». Reboul ferme le piège. Milou, ainsi que Hélène, seront tués. « Seule », arrivée en retard profitera d’un moment de faiblesse du militaire, qui la laissera rejoindre sa montagne.
Vol. 02 : Armalite 16, Humanoïdes associés, 1980, 1 vol. cartonné, 54 pl. couleurs, BD d’expression française
1 ère  parution : 1980
«Seule» est une jeune femme farouche, vivant isolée, comme son nom l’indique, dans une ferme de haute montagne., près de son village natal. Oublieuse d’un passé de guerre qui a transformé le monde, notamment Marseille (orthographié « Marseil ») et son arrière région, Seule s’est réfugiée dans le silence d’une nature renaissante. Mais le monde revient à elle sous la forme d’un déserteur, Serge Garnier. Fuyant ceux de la milice dont il faisait partie, blessé au pied, il se réfugie dans la montagne et sera témoin de la tentative de viol endurée par Seule.
Elle aussi, revenue pour un jour au village où habite encore sa mère, la jeune femme, bien que de taille à se défendre, est en proie aux moqueries haineuses de trois jeunes gens, qu’elle connaît bien, mais qui ne lui pardonnent pas d’être née de père inconnu. Sur le retour, l’un d’eux, Nathan, tente de la violer avec la complicité des deux autres. Mal lui en prend puisqu’il sera grièvement blessé par Serge. Plus tard, Seule aperçoit des traces sanglantes laissées par son sauveur. Alors que la première neige se manifeste, elle part à sa recherche...
Vol. 03 : Lune blanche, Humanoïdes associés, 1981, 1 vol. broché, 62 pl. couleurs, BD d’expression française
1 ère  parution : 1981
L’hiver s’est installé dans la montagne. Au village, les «hommes en vert » recherchent sans relâche mais sans succès le déserteur Serge Garnier. Ils envisagent de se replier sur « Grenob » malgré les chutes de neige abondantes bloquant les cols. Hélène recherche elle aussi le déserteur. S’entretenant dans la neige avec Jean et Pierre venus s’excuser de leur conduite, elle retrouve Serge, toujours blessé et l’emmène chez elle pour le soigner.
Au col, le bruit des moteurs déclenche une avalanche qui entraîne les camions militaires dans le ravin. Seuls s’en sortent le lieutenant Grimaud et le soldat Reboul. Ils reviennent au village prendre leurs assises auprès de Fauque le rebouteux qui, ayant soigné Nathan, est cependant prêt à le trahir.
Dans la montagne, Serge coule des jours heureux avec Hélène. Mais le soir où Thomas le violoneux vint jouer au village, Reboul surprend les paroles de Pierre et de Jean qui se proposent d’avertir Hélène du danger qu’elle court. Il en réfère au lieutenant Grimaud qui se met aussitôt en chasse. Grimaud sera tué par Hélène lors de sa rencontre décisive avec Garnier. Le matin, la « Mère », qui a donné l’hospitalité à Pierre et à Jean, aperçoit de loin, la ferme d’Hélène en feu. Elle sait que sa fille a pris le maquis avec Serge.
Vol. 04 : Dorianne, Humanoïdes associés éd, 1980, 1 vol. broché, 63 pl. couleurs, BD d’expression française
1 ère  parution : 1985
Jean se retrouve avec Serge et Hélène dans la montagne,  toujours décidés à se joindre aux forces rebelles qui luttent contre « les hommes en vert » et,  dans ce but, redescendre dans la vallée pour prendre contact avec Dorianne dans son auberge.
A l’auberge, Dorianne leur révèle le nom de leur correspondant, un certain Hug, lorsque se fait entendre la moto du lieutenant Gomez. Celui-ci entre dans la salle, interpelle Serge qui a perdu sa plaque d’identité militaire. Dans la confusion, Dorianne s’enfuit tandis que Serge et Jean sont embarqués dans un véhicule militaire à destination de « Grenob ».
Dorianne, revenant prendre son arc et ses flèches à l’auberge dévastée, rejoint Hélène. Les deux femmes suivent à la trace les prisonniers par des raccourcis de montagne, attendant le moment favorable pour les délivrer. Celui-ci se présente lorsque la troupe mécanisée ralentit pour franchir un passage rocheux particulièrement étroit. Dorianne, avec ses flèches, blesse Gomez et tue de nombreux soldats, mais les fuyards sont repris. Alors qu’à Grenob, Reboul est chargé d’infiltrer le maquis dans le Vercors, Hélène et Dorianne se sont intégrées au groupe du vieux Thomas dans sa lutte contre les soldats pillards du Haut Devoluy.
Vol. 05 : Infernets, Humanoïdes associés, 1987, 1 vol. cartonné, in-quarto, npag. noir et blanc et couleurs, BD d’expression française
1 ère  parution : 1987
Au refuge des Infernets, ils se retrouvent tous, Thomas et sa fille Algues, Dorianne, Hélène et les autres.Même Reboul sous le nom d’Agnel y est présent, prêt à apprendre toujours plus sur ces rebelles écologistes. Les journées s’y déroulent dans la paix et dans la beauté de la nature. Les soirées calmes se font en compagnie de Casi et Hugot, montés depuis la vallée, et qui en pincent pour Hélène.
Pourtant le 23 septembre est une date particulière. Ce jour-là, Agnel, soupçonné par Thomas,  disparaît de la communauté pour faire son rapport en haut lieu. Ce jour-là, le soldat Serge Garnier s’évade du camp de prisonniers de Lyon-Granbase, qui appartient aux « Forces Internationalistes », grâce à l’aide du soldat Gomez repentant,  pour se réfugier dans les montagnes.
« Armalite 16 » est une série irritante et embrouillée. «Marseil », paru en premier, déclenchera en l’auteur l’envie d’approfondir les relations entre ses personnages et de raconter leur vécu d’avant cet épisode. Le contexte post-cataclysmique est plus ou moins effacé par le message écologiste mettant en scène une société de pasteurs montagnards. Le scénario, souvent elliptique comme le dessin, brouille les pistes. Au lecteur de remplir les pointillés!
En conclusion, un récit énigmatique servi par un coup de crayon magnifique et des couleurs splendides exaltant une nature sauvage et somptueuse. « Lune blanche » est, à cet égard, l’épisode le plus abouti.


couverture de la BD, vol. 1 "Marseil"
couverture du premier volume de la série
 
Retourner au contenu | Retourner au menu