Apocalypse sur commande - destination-armageddon

Aller au contenu

Menu principal :

Apocalypse sur commande

les oeuvres > MENACES TELLURIQUES

Apocalypse sur commande par Ken Follett, Laffont éd., 1999, coll. " Livre de poche " N°14926, 1 vol. broché, in-12 ème , 477pp. techno-thriller. couverture illustrée par Image Bank.  roman d’expression anglaise  (USA)
1 ère  parution : 1998   titre original : The Hammer of Eden
menaces telluriques


Ken FOLLETT

(1949-) Ecrivain gallois, spécialisé dans les romans policiers (thrillers) et les romans historiques. Après une licence de philosophie, journaliste à Cardiff et à Londres. Se dirige vers l'écriture. Ses romans sont caractérisés par la précision de la documentation historique, un style "journalistique", une technique de narration alternée (écriture cinématographique). Prix E.A. Poe.

Priest, illettré et futé, est le gourou d’une ancienne communauté hippie dans la Silver Valley en Californie qui, tout en pratiquant la polygamie, subsiste de la culture de la vigne. Après une enfance chaotique, il a enfin découvert sa voie, du moins l’espère-t-il. Cependant, son havre de paix est menacé. Le gouverneur de l’état de Californie en la personne de Honeymoon, son ministre, aimerait créer d’un lac artificiel qui noierait la Silver Valley  dégageant un site pour y implanter une centrale nucléaire.
Priest part en guerre contre le projet. Volant un engin vibrateur, énorme camion destiné à la prospection pétrolière, il envisage, si jamais l’Etat n’abandonnait pas ce projet, de déclencher une série de tremblements de terre. Pour cela il compte sur sa deuxième compagne Mélanie, sismologue et ancienne épouse de Michael Querens, sismologue lui aussi, qui analyse les endroits de moindre résistance le long de la faille de San Andréas. Mélanie et Priest volent à Querens la disquette sur laquelle sont répertoriées les précieuses informations. L’engin vibrateur a été très soigneusement camouflé au sein de la communauté de Silver Valley. Priest adresse un ultimatum au gouverneur en prétextant faire partie d’un groupe écologiste terroriste " les Soldats du Paradis ".
L’engrenage du chantage se met en route. La mission de faire échouer la menace terroriste incombe à Judy Maddox, brillante jeune femme policière active au sein du FBI. Bien qu’elle soit constamment contrecarrée dans son enquête par son patron, Kinkaid, un sinistre abruti, elle est soutenue par Honeymoon, car elle marque quelques points dans sa quête. Remontant habilement vers la personne de Priest à partir du meurtre de Mario, le premier conducteur de l’engin vibrateur, sa piste recoupe aussi celle de Mélanie. Judy, qui a besoin des informations d’un spécialiste en tremblements de terre, consulte aussi Querens, sans savoir que l’ex-épouse de celui-ci est au centre de l’affaire.
La menace n’est guère prise au sérieux par Querens avant que Mélanie et Star, alias Stella Higgins, la première femme de Priest, ne la mettent à exécution. Ne voulant en un premier temps blesser personne, les terroristes choisissent un endroit désertique propice à leur projet, la Owens Valley. Par les vibrations intenses de l’engin, ils déclenchent un phénomène de résonance en cette partie de la faille qui provoque un tremblement de terre limité et mesurable.
Le gourou-terroriste a, à travers la télévision, reconnaît son ennemie. Comme tout psychopathe, il désire narguer son adversaire. Lors d’une conférence publique donnée dans un bureau du FBI, il s’introduit dans la place avec Fleur, sa fille naturelle, qui lui sert d’alibi, mais la signature qu’il apposera sur le registre de présence le trahira ultérieurement. Pour cerner au plus près la psychologie de Priest, Judy a recours à la psycholinguistique, ce qui lui permettra de tracer un portrait précis du criminel. D’autre part, Stella Higgins, ayant enregistré jadis un disque de chansons folk, fournit une nouvelle piste à la détective.
L’intransigeance du gouverneur à l’égard de Priest rend celui-ci fou furieux. Il se livrera à une seconde sommation en faisant trembler la terre à Félicitas. Cette fois, c’est le branle-bas de combat. Priest n’a plus le choix : il lui faut frapper un grand coup, à San-Francisco même. Son engin maquillé sera conduit dans une zone industrielle de la ville pour y engendrer un tremblement de terre majeur. Le désastre engendre la panique :
" Le spectacle de la ville était insoutenable. Des personnes désespérées, affolées, couraient, bouche ouverte, poussant des hurlements de terreur qu’elle ne pouvait entendre, essayant de s’échapper tandis que leurs maisons s’écroulaient, les murs se fendant, les fenêtres explosant, les toits glissant de côté pour retomber sur des jardins impeccables et écraser les voitures garées dans les allées. La Grand-Rue semblait en même temps être en feu et remplie d’eau Un éclair zébra le ciel, puis un autre. Judy devina que les lignes électriques étaient en train de se rompre. "

Judy, in extremis, contrecarre les projets de Priest, le blesse lors de l’affrontement, alors que, dans le même temps, la Silver Valley est inondée. Mélanie, assassinée par le gourou, Stella mise à l’ombre, le groupe cesse d’exister. Priest a échappé à Judy mais, devant le lac qui recouvre ses vignes, il met fin à ses jours.
Un techno-thriller sans surprise qui utilise les éléments rodés du genre. Le cataclysme est prétexte à une enquête policière, sans grand intérêt.


couverture de "Apocalypse sur commande"
couverture du roman en livre de poche
 
Retourner au contenu | Retourner au menu